29 avril 2008

V 6 No 27: Les garçons plus «bollés» qu'on pense

Le printemps !

Les garçons plus «bollés» qu'on pense
Les garçons eux-mêmes ont développé une perception que l’école n’est pas pour eux, mais pour les filles, selon Steve Audet, un travailleur social de Québec. Les garçons québécois sont loin d’être les cancres que dépeignent les médias. En fait, montrent les recherches, ils s’en tirent aussi bien que les filles à peu près partout. Mais à l’école, la majorité du personnel continue de voir les gars bien pires qu’ils ne sont en réalité... Les chercheurs rassemblés au Colloque sur la réussite éducative sont éberlués du contraste entre la réalité et la perception populaire, qui, depuis des années, veut que les garçons ne sont pas bons à l’école. www.cyberpresse.ca/article/20080423/CPACTUEL/80423039/6685

L'événement "Moncton, j'embarque" approche à grands pas ! Voir ce vidéo de Mathieu Gingras http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2008/04/v-6-no-26-pourquoi-moncton-jembarque.html Pourquoi Moncton j’embarque ! www.umoncton.ca/acoc/ACOC/Pourquoi_.html Alors, embarquez-vous? www.umoncton.ca/acoc/ProgrammeMoncton.pdf

Info collégiale
AIDE PÉDAGOGIQUE INDIVIDUELLE au collège Gérald-Godin Service de l’Organisation scolaire (Remplacement trois jours semaine jusqu’au 13 juin 2008) Veuillez faire parvenir votre curriculum vitae avant 16 h le 6 mai 2008 et mentionnez le poste «API temps partiel» Par courriel à: reshum@cgodin.qc.ca des ressources humaines ou par Télécopieur : (514) 626-2282 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=945

La Commission scolaire de la Côte-du-Sud et le Cégep de La Pocatière insistent sur l’importance du diplôme d’études secondaires dans la poursuite des études La Commission scolaire de la Côte-du-Sud et le Cégep de La Pocatière, par son Centre d’études collégiales de Montmagny (CECM), ont convenu d’affirmer l’importance, pour tous les candidats à l’admission collégiale, de compléter leurs études secondaires d’abord. Ils déclarent d’une même voix que la réussite des études collégiales s’appuie toujours sur une transition harmonieuse entre le secondaire et le collégial. Réunies lors d’une rencontre de travail récente, les deux organisations ont convenu de clarifier la situation à la suite des informations véhiculées à l’effet qu’il serait possible d’être admis au cégep sans avoir complété le diplôme d’études secondaires (DES). En fait, les nouvelles dispositions du Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) proposées par la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport visent à faciliter l’accessibilité aux études collégiales. En vertu du règlement qui reste à compléter, des élèves à qui il manquerait jusqu’à un maximum de 6 unités pour obtenir le DES pourraient être admissibles au cégep. Il leur faudrait remplir toutes les conditions au cours de la première session d’études. La Commission scolaire et le Cégep rappellent que le DES complet demeure la clef maîtresse des conditions générales d’admission au cégep. Il existe cependant des conditions particulières, notamment pour les candidats de la formation professionnelle. La mesure d’admission conditionnelle au cégep évoquée plus tôt constitue une situation d’exception dans un parcours d’études qui conserve son niveau élevé d’exigences. Toutes deux ont convenu d’organiser ensemble ces nouvelles mesures en permettant aux élèves concernés par le RREC de pouvoir toucher au collégial tout en se conformant aux exigences requises pour y accéder. Les deux organisations d’enseignement présentes sur la Côte-du-Sud réaffirment leur volonté d’exercer avec rigueur et flexibilité leur mission de formation et d’encadrement des élèves qui veulent poursuivre leurs études. Elles invitent donc les élèves et leurs parents à communiquer avec le Service d’orientation scolaire de leur école pour obtenir la meilleure information. www.cegeplapocatiere.qc.ca/web/Default.aspx?section=nouvelle&action=edit&id=202

Pénurie d'ambulanciers en Montérégie... et partout au Québec La Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM) connaît des difficultés à recruter du personnel ambulancier en Montérégie. Pour le seul secteur de l'agglomération de Longueuil, le Rassemblement des employés techniciens ambulanciers-paramédics du Québec (RETAQ) estime qu'il manquerait au total une trentaine d'ambulanciers-paramédics. Selon l'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, cette difficulté de recrutement serait également observée partout au Québec. www.hebdos.net/lrd/archives/articles.asp?article_id=203673

Pénurie de main-d'œuvre Les ambulanciers à bout de souffle Depuis quelque temps, les paramédics de la Montérégie lancent des appels à l'aide. Les travailleurs sont à bout de souffle et la pénurie de main-d'œuvre ainsi que le manque d'ambulance sur le terrain menace selon eux la qualité des services préhospitaliers d'urgence. "Même si nous ajoutons 12 véhicules dans la région ça ne changerait rien puisqu'il n'y a pas assez de paramédics disponibles. Il y a même des fermetures de quart de travail étant donné le manque de personnel", explique Jean-Maurice Vigeant, responsable régional Montérégie du Rassemblement des employés techniciens ambulanciers du Québec (RETAQ). L'impact de cette situation sur le quotidien des travailleurs est important; refus systématique de tous les congés fériés, refus d'accorder les congés parentaux prévus par la loi, les formations de mise à niveau sont annulées et les formateurs rappelés sur le terrain, le temps supplémentaire est obligatoire et le climat de travail se détériore. "Il n'est pas rare qu'un paramédic n'ait pas mangé après un quart de travail de sept heures. Le taux d'absence prolongée en raison de blessures physiques et d'épuisement professionnel est en hausse. En six mois, il y a eu deux suicides d'ambulanciers en Montérégie et cela, principalement dans une entreprise", explique M. Vigeant. "Nous craignons le pire pour cet été. À force d'abuser à outrance de ces salariés, il va y avoir d'autres cas d'épuisement professionnel et la situation pourrait s'envenimer encore plus. Les gens sont de plus en plus irritables et les mesures disciplinaires plus rapides. J'ai vu un employeur congédier un travailleur pour huit minutes de retard et cela, même si ce dernier avait une bonne explication", ajoute-t-il. Un relevé quotidien des patients sur civière emmenés dans les urgences par ambulance datant du 13 mars 2008 indique pas moins de 261 transports dans un des Centres de santé et de services sociaux en Montérégie. Avec le boom démographique important de la région et la population vieillissante, les paramédics de la Montérégie doivent répondre à de plus en plus d'appels, mais la quantité d'ambulance disponible, elle, n'augmente pas. "La Montérégie est reconnue comme une région sous-financée par rapport à l'augmentation de la population. Il faut que ça bouge", explique M. Vigeant. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a publié un tableau de comparaison entre les besoins relatifs au recrutement et les diplômés; sur les 228 paramédics nécessaires en 2007, le programme n'a accepté que 200 étudiants dont seulement 180 ont été diplômés, créant un déficit de 48 paramédics. "La demande pour la formation est là, mais le programme est contingenté. À l'automne 2007, 540 demandes d'admission au programme de techniques ambulancières ont été reçues au Collège Ahuntsic, mais 120 personnes seulement ont été acceptées. Il y a aussi un problème de rétention des jeunes. C'est un métier très dur, qui est mal rémunéré par rapport aux responsabilités, alors les jeunes changent de métier et vont voir ailleurs", explique M. Vigeant.Malgré tout ce qu'ils vivent, les paramédics de la Montérégie ont à cœur de servir les citoyens du mieux qu'ils peuvent. www.hebdos.net/orb/edition152008/articles.asp?article_id=204554

Devenez scripte! Parlimage offre une formation de scripte au cinéma, s'adressant à toute personne minutieuse, qui possède un grand sens de l'observation, qui aime travailler avec les comédiens et dans l'univers général d'un plateau de tournage. Responsable de la continuité filmique du récit, le scripte est, avec le premier assistant, le plus proche collaborateur du réalisateur. Cette formation de trois jours les 23,24 et 25 mai 2008 sera assurée par Nadine Fournelle qui cumule plus de vingt ans d'expérience sur de multiples productions telles que Continental, Un film sans fusil, Ma mère est chez le coiffeur et Les aventures de Jack Carter. Pour information, consultez le site web de Parlimage ou écrivez à audiov@parlimageccf.qc.ca site http://www.ampq.com/

Comédie dramatique La magie du cinéma n’opère pas qu'à l’écran. Un plateau de tournage est nettement plus glamour qu’un simple bureau. Mais bien que trépidante, la vie de plateau est aussi faite d’horaires démentiels, d’incertitude et d’intempéries. Et elle relève parfois plus de la vocation que du rêve hollywoodien.
http://carriere.jobboom.com/marche-travail/secteurs/cinema/2008/01/14/4772818.html

Les exemples, mauvais outils d'apprentissage des mathématiques Les exemples concrets sont loin d'être la meilleure méthode pour comprendre les mathématiques, selon une étude publiée jeudi aux États-Unis qui privilégie une approche d'assimilation abstraite. «Il est très difficile de faire comprendre des principes mathématiques à partir d'un exemple concret», affirme Vladimir Sloutsky, co-auteur de l'étude et directeur du centre pour la Science cognitive de l'Université d'État de l'Ohio. www.cyberpresse.ca/article/20080425/CPSCIENCES/80425034/1020/CPSCIENCES

Pompiers en détresse
Le pompier Alain Laperrière a fait 13 casernes en 20 ans de carrière, sans réussir à s'intégrer à l'un des groupes. Aujourd'hui, il travaille dans un bureau, confiné à des tâches administratives. Certains craquent, mais la plupart passent au travers. Peu osent se plaindre. C'est la loi du silence, l'omerta. La vie dans les casernes de pompiers à Montréal est tricotée serré et le harcèlement psychologique y est fréquent. Portrait d'un phénomène inconnu. Avril 2003. Alain Laperrière est convoqué dans la cuisine par ses collègues pompiers. Dans la caserne, la tension est à couper au couteau. Il est seul devant sept hommes. «T'es pas ben icitte, va-t'en! « lui lance un pompier. www.cyberpresse.ca/article/20080428/CPACTUALITES/804280581/6488

Fin des DEC en textile au Cégep de Saint-Hyacinthe - Formation sur mesure pour répondre aux besoins de l’industrie Malgré des efforts importants afin d’actualiser les programmes de textiles et un investissement considérable d’énergie en vue du recrutement de la clientèle, le Cégep de Saint-Hyacinthe ne réussit plus à attirer, dans les DEC en textile, de jeunes étudiants qui voient leur avenir à travers d’autres programmes. Dans ce contexte, les DEC en Matières textiles et en Production textile ne seront désormais plus offerts. Toutefois, le Cégep continuera à répondre aux demandes de l’industrie en matière de formation sur mesure. À cet égard, le Cégep entretient des liens de collaboration très étroits avec le Groupe CTT qui sera, entre autres, partie prenante de ces formations offertes par le Cégep aux industries. Notons que, malgré le contexte difficile que vitl’industrie textile au Canada, le Groupe CTT jouit d’une grande prospérité. Il s’associe aux industriels dans leurs projets d’innovation et les assiste dans le développement de nouveaux produits ou à la conquête de nouveaux créneaux de marchés, ici ou ailleurs sur la planète. Le Cégep est un acteur important à l’intérieur d’une société en pleine évolution, et ce changement témoigne de la nécessité de s’adapter aux aspirations et aux objectifs de carrières des étudiants tout autant qu’aux impératifs du marché du travail. www.lesaffaires.com/article/0/transport-et-produits-industriels/2008-04-21/476309/textile-abolition-du-dernier-programme-de-formation-au-cegep.fr.html Lire aussi : Le programme de textile de St-Hyacinthe prend finalement fin http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/04/20080428-213645.html

Éducation – Secondaire Un jeune sur cinq décroche Le taux de décrochage scolaire est en hausse dans la région de Québec depuis 2001. En 2006, 1000 élèves ont quitté l'école secondaire sans obtenir de diplôme. Ainsi, un jeune sur cinq ne termine pas son secondaire à Québec. La difficulté de concilier travail et études ferait partie du problème. Près d'un élève sur deux au secondaire occupe un emploi occasionnel, souligne le chercheur Jacques Roy du cégep de Sainte-Foy. « Ça a explosé littéralement, c'est un nouveau phénomène social », constate-t-il. Ainsi, de plus en plus d'élèves ont un emploi et les horaires de travail s'allongent, ajoute Jacques Roy. Selon lui, les élèves peuvent avoir des semaines de travail de 50 heures qui comprend 17 heures de travail rémunéré, 12 heures d'études et une vingtaine d'heures à l'école. Plus d'une vingtaine d'organismes mettront bientôt sur pied une grande coalition pour contrer ce phénomène. Des partenaires de la santé, de l'emploi et de l'éducation travailleront de concert pour se doter d'une entente spécifique pour les quatre prochaines années afin que les jeunes persévèrent et réussissent dans leurs études. Jean-François St-Cyr de la Conférence régionale des élus ajoute que 27 partenaires signeront une convention de la réussite scolaire. www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2008/04/28/004-decrochage_quebec.shtml

Info universitaire
Médecins étrangers Difficile de pratiquer au Québec Ce médecin d’origine indienne a pratiqué la médecine pendant 15 ans en Inde, mais au Québec, il ne peut trouver mieux qu’un poste de chauffeur de taxi. Alors que le Collège des médecins et le ministère de la Santé se targuent de faire preuve de plus d'ouverture, il est toujours bien difficile pour les médecins étrangers de pratiquer leur profession au Québec. Cette année, au premier tour, 64 médecins étrangers qui ont réussi tous les examens requis par le Collège ont eu un poste de résident dans un hôpital universitaire. Quelque 80 d'entre eux n'ont pas été retenus. Toutefois, 103 postes en résidence sont toujours vacants dans la province. www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2008/04/20080418-050000.html

Avec une moyenne de 10 offres d'emploi pour chaque diplômé: Une carrière assurée pour les étudiants de l'ETS "On vous attend à bras ouverts ! Stages rémunérés et emplois en génie assurés". Tel est le message lancé par le directeur général de l'Ecole de technologie supérieure (ETS), M. Yves Beauchamp, aux diplômés des cégeps, notamment du secteur technique, intéressés à devenir ingénieurs dans des disciplines aussi variées que le génie électrique, le génie de la construction ou encore le génie logiciel et des technologies de l`information. Selon M. Beauchamp, les entreprises sont à ce point satisfaites des stagiaires et des diplômés de l'ETS, que l'école d'ingénierie ne suffit plus à la demande. Il explique ce qu'il qualifie de "beau problème", par deux facteurs : il n'y a pas eu de baisse de la clientèle à l'ETS. Par contre, on constate une très forte croissance de la demande dans plusieurs domaines, d'où un nombre de candidats insuffisant par rapport au nombre d'offres de stages coopératifs et, conséquemment, un nombre insuffisant de diplômés pour répondre aux offres d'emploi des entreprises. www.cnw.ca/fr/releases/archive/April2008/21/c7575.html

Études supérieures Se faire une tête
Avec une maîtrise ou un doctorat, on augmente ses chances de trouver un emploi intéressant et bien rémunéré. Toutefois, mieux vaut être très motivé et aimer lire pour réussir des études aussi exigeantes! http://carriere.jobboom.com/formation/formation-base/2008/04/14/5283816.html et Questionnaire : les études supérieures, est-ce pour moi? Questionnaire : quel type d’études supérieures choisir? L’art de vendre sa candidature! Les statistiques de placement à la maîtrise.

Les 25 meilleurs jobs C’est extra!
Des représentants de chacun de ces métiers nous expliquent en quelques mots ce qui rend leur travail si attrayant. http://carriere.jobboom.com/marche-travail/dossiers-chauds/2008/04/11/5257486.html

L'UQO à Saint-Jérôme ouvrira en janvier 2010
http://lemirabel.canoe.ca/webapp/sitepages/search/results.asp?contentid=55868

Un travail plus social que littéraire Ecrivain public : un vieux métier d'avenir Vivre de sa plume en rédigeant des biographies, des lettres d'amour, des discours pour les maires de village, pourquoi pas ? Des diplômes universitaires revalorisent la fonction. Mais le quotidien est surtout fait de déclarations fiscales ou de courriers de copropriété. On pense d'emblée à un vieux scribe accroupi ou à l'occupant d'une échoppe bancale nichée dans l'entresol d'un vénérable immeuble à colombages. Un métier forcément disparu avec le recul de l'illettrisme. Pourtant, il suffit de consulter internet pour constater que la fonction d'écrivain public, vieille comme le monde, a encore de beaux jours devant elle. Trois cent mille occurrences sur Google, deux organisations professionnelles (l'Académie des Ecrivains publics de France, fondée en 1980, 300 membres, et le Groupement des Ecrivains Conseils créé en 2002, une centaine d'adhérents) dont les sites croulent sous les demandes de renseignements de postulants enthousiastes mais pas toujours bien armés pour le rôle («Bonjour, je souhaiterai avoir de la documenation sur la profession d'écrivain poublic», peut-on ainsi Ere sur le site de l'AEPF)... Et, depuis sept ans, la Sorbonne forme des promotions de licenciés es «écrivain public, assistant en démarches administratives et en écritures privées» qui iront exercer leurs talents dans les multiples secteurs que couvre la profession. http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2267/articles/a372893-.html

Formation, documentation
Bonjour à tous, Il y a quelques temps, nous avons évoqué la proposition d’une formation sur l’accompagnement vers l’emploi. Cette formation est organisée par Les projets Alpha et Omega et Wilfrid Larochelle et animée par mes soins. Un groupe est complété à Québec. Il reste 3 places pour le groupe de Montréal en date des 7 et 8 Mai. Si vous souhaitez le programme détaillé, il est possible de l’obtenir sur le site des Éditions Septembre : http://www.septembre.com/ Au plaisir et à bientôt Dominique Clavier dominique.clavier@human-research.com

Des originaux de Darwin accessibles sur internet http://www.darwin-online.org.uk/
Plusieurs milliers de textes et photographies originaux fondant le socle de la théorie de l'évolution du naturaliste anglais Charles Darwin ont été publiés jeudi pour la première fois sur internet, a annoncé l'université de Cambridge. www.cyberpresse.ca/article/20080417/CPSCIENCES/80417070/1020/CPSCIENCES

Travailler à l’étranger C’est pas chinois
La demande d’enseignants occidentaux en anglais langue seconde est forte en Chine. Dans nombre de cas, il suffit de bien s’exprimer dans la langue de Shakespeare sans trop d’accent pour y être embauché. Une avenue séduisante pour les professionnels en mal d’aventure. http://carriere.jobboom.com/marche-travail/tendances/2008/04/11/5257901.html

1, 2, 3, je me lance en affaires!
Partir à son compte est moins compliqué qu’il n’y paraît : il faut une bonne idée, un peu d’économies et l’envie de s’investir à fond dans un projet. http://carriere.jobboom.com/carriere/entrepreneuriat/2007/07/13/4337390.html

Sylvain Losier, juge de ligne, Ligue de hockey junior majeur du Québec Libre arbitre J’arbitre des parties de hockey depuis 20 ans. http://carriere.jobboom.com/marche-travail/tranches-vie/2008/04/10/5248051.html

Coincé 41 heures dans un ascenseur: la vidéo fait fureur sur internet
www.cyberpresse.ca/article/20080421/CPINSOLITE/80421123/5406/CPINSOLITE

Le litre d’essence bientôt à 4,99 $
Les réserves de pétrole s’épuisent; la crise guette, selon Normand Mousseau http://nouvelles.umontreal.ca/content/view/1316/221/

Capsule science
Pourquoi les femmes sont-elles plus sensibles au stress que les hommes? Les troubles causés par le stress, tels que la dépression et l’anxiété, constituent de graves problèmes de santé pour les femmes, qui sont deux fois plus nombreuses que les hommes à en être atteintes. Pourquoi? De plus en plus de chercheurs croient que l’explication pourrait se trouver dans l’hémisphère cérébral en jeu: le droit chez les hommes et le gauche chez les femmes. http://nouvelles.umontreal.ca/content/view/1327/221


---------------------------------------------------------------------
Guide d'admission universitaire - Automne 2008 Version du 13 février 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Programmes universitaires encore ouverts à l'admission www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=942 Raymond Jean, c.o.


Moncton, j’embarque! http://faislesaut.com/ Pour le moment, 36 membres des 21 institutions suivantes ont déjà signifié leur intérêt. À l’ouest (9) : les cégeps St-Jean-sur-Richelieu, Granby, St-Jérôme, Sherbrooke, Trois-Rivières, Lanaudière, Outaouais, Vieux-Montréal et l’université de Sherbrooke. À l’est (12) : Alma, Jonquière, Limoilou, Gaspésie, St. Lawrence, Ste-Foy, F.-X. Garneau, Lévis-Lauzon, Rivière-du-Loup, Chicoutimi, l'université Laval et Psycho-Carrière. Le Comité de perfectionnement pour le 7e congrès 2008 de l'ACOC en partenariat avec l'Université de Moncton Je suis partant pour Moncton – J’ai hâte à Moncton du 12 au 16 mai 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810 Voir ce vidéo promotionnel de l’Université de Moncton sur Youtube, en cliquant sur ce lien www.youtube.com/v/nJ-s0xAE7aA&rel=0&color1=0x2b405b&color2=0x6b8ab6&border=1&hl=en

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire de l'ACOC
ACOC@videotron.ca
Sur le site du bulletin, nous pouvons maintenant afficher des mini-diaporamas www.quelquechosedelacoc.blogspot.com Celui des partenaires du 7e Congrès; celui du congrès de l’année dernière vous dirigera vers le site de toutes les photos, si vous cliquez sur l’une ou l’autre. Éventuellement, nous pourrons identifier nos partenaires. De plus, nous vous mentionnons que tous les bulletins sont archivés sur ce site. Le site du bulletin est plus que la somme de ses courriels…)

À noter à votre agenda
Carrefour de l’orientation
(thème à préciser) le mercredi 26 novembre 2008 à l’UQAR-Lévis jumelé avec une rencontre avec les représentants des deux campus et la journée des partenaires de l’université Laval, le lendemain : jeudi le 27 novembre 2008

Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :

17 avril 2008

V 6 No 26: Pourquoi Moncton j’embarque !

L'événement "Moncton, j'embarque" approche à grands pas ! Certaines personnes avaient envisagé de venir nous voir en Acadie mais semblaient être prises par le temps... J'aimerais vous proposer une option pour un retour le mercredi matin au frais de l'Université de Moncton ! Ainsi, un retour au boulot le jeudi matin ! La journée du 13 mai est tellement belle que nous tenons à ce que vous soyez parmi nous ! J'attends de vos nouvelles... Mathieu Gingras Conseiller en recrutement et promotion Université de Moncton mathieu.gingras@umoncton.ca 1-800-363-8336 (option #2 / recrutement étudiant) Moncton, j'embarque...embarque donc! Voir ce vidéo de Mathieu Gingras

video

Cette présentation a été faite à l'hôtel Hilton de Québec le 14 mars 2008
Cliquez sur la flèche pour démarrer la présentation

Voir ce vidéo promotionnel de l’Université de Moncton sur Youtube, en cliquant sur ce lien
www.youtube.com/v/nJ-s0xAE7aA&rel=0&color1=0x2b405b&color2=0x6b8ab6&border=1&hl=en

Pourquoi Moncton j’embarque ! www.umoncton.ca/acoc/ACOC/Pourquoi_.html
À une époque où la génération Internet est branchée sur le monde comme jamais auparavant, les professionnels de l’orientation du Québec sont appelés à répondre aux questions d’un nombre de plus en plus élevé de jeunes jeune qui manifestent un intérêt à poursuivre leurs études universitaires à l’extérieur de la province. L’Université de Moncton accueille chaque année plus de 200 étudiantes et étudiants québécois. Vous aurez peut-être sous peu la visite d’un jeune qui souhaite obtenir de plus amples renseignements au sujet de notre institution. Voici quelques exemples de questions qui seront répondues lors de Moncton - j’embarque : Qu’est-ce qui motive une étudiante ou un étudiant à vouloir étudier dans une petite université située en Acadie du Nouveau-Brunswick ? À quel genre d’expérience peut-on s’attendre sur le plan académique, social et culturel ? Qu’est-ce qui caractérise l’Université de Moncton et qui la différencie des autres universités ? Quelles sont ses exigences d’admission ? Vous avez peut-être entendu parler d’élèves du 5e Secondaire qui passent directement à l’Université de Moncton; qu’en est-il vraiment et comment vivent-ils cette expérience ? Comment s’effectue l’attribution d’équivalences pour des cours suivis dans un cégep ? À quel genre de soutien peut s’attendre un étudiant québécois qui arrive à l’Université de Moncton ? Et finalement... LA question : est-ce que leur diplôme sera reconnu lorsqu’ils retourneront au Québec pour s’y trouver un emploi ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui seront répondues dans le cadre de Moncton - j’embarque. Par le biais de présentations et de discussions, ainsi que d’une table ronde en compagnie d’étudiantes et d’étudiants québécois qui ont vécu cette expérience et sans oublier l’aventure culturelle qui vous sera offerte vous apprendrez à connaître une université que vous n’oublierez pas de si tôt. Alors, embarquez-vous ? www.umoncton.ca/acoc/ProgrammeMoncton.pdf

L'assemblée générale annuelle de l'ACOC aura lieu le lundi 12 mai 2008 lors du 7e Congrès de l’ACOC, dans l’autobus en après-midi « à quecpart » entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Imprimez l'ordre du jour suivant. Le procès-verbal de la 6e assemblée générale annuelle du vendredi 1er juin 2007 sera sur le site de l’ACOC prochainement. Vous pouvez consulter nos Statuts (notamment les articles 8 à 12) à la page www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=808 . Il faudra être dans l’autobus pour y participer. Toutefois, si vous ne pouvez être présent, communiquez vos questions, suggestions (lieu des prochains congrès, thème et conférencier pour le Carrefour de l’orientation 2008) et commentaires à acoc@videotron.ca (courriel du secrétaire de l’ACOC). Pour l'élection du Conseil exécutif (année paire: Vice-président, Conseiller et Secrétaire; Il est composé de cinq membres réguliers qui se répartiront, après chaque élection, les fonctions), veuillez annoncer votre intention par courriel à acoc@videotron.ca afin de faire connaître votre candidature à tous les membres avant l'assemblée générale. Page du site consacrée à l'AGA www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=947

Ordre du Jour de la 7e assemblée générale de l’ACOC
dans l’autobus à « quecpart » entre le Québec et le N.B.
le lundi 12 mai en après-midi

1. Présidence de l'Assemblée : Philippe Brosseau et Secrétaire de l’Assemblée : Bruno Tremblay
2. Lecture et adoption de l'ordre du jour
3. Adoption du procès-verbal de la 6e assemblée générale du 1er juin 2007 et suivi
4. Rapport du Conseil exécutif (Philippe Brosseau, président)
5. Rapport de la trésorière (Diane Fortin)
6. Rapport des comités (et propositions s’il y a lieu)
6.1. Comité Carrefour de l’orientation (Bruno Tremblay, secrétaire)
6.2. Comité partenariat (Chantale Desjardins)
6.3. Comité de perfectionnement (Nathalie Houde, conseillère) et Congrès de l’ACOC 2009 et 2010
7. Élections au Conseil exécutif (année paire: Vice-président, Conseiller et Secrétaire; Il est composé de cinq membres réguliers qui se répartiront, après chaque élection, les fonctions)
8. Élections du Comité de perfectionnement (4 membres : minimum 3 réguliers dont un du C.E.)
9. Voeux de l’Assemblée au Conseil exécutif
10. Levée de l’assemblée)

Pour s’inscrire au 7e Congrès de l’ACOC en partenariat avec l’université de Moncton (du 12 mai au 16 mai 2008) Moncton j’embarque! Allez à la page du Congrès 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=950 pour consulter le Programme (ainsi que la description des conférences et le formulaire d'hébergement) et compléter le Formulaire d’inscription. Il reste quelques places dans l'autobus. Nous sommes 530 membres inscrits au bulletin électronique de l’ACOC (73 de plus que l’année dernière) et le site de l’ACOC a été jusqu’à maintenant consulté 53572 fois depuis 2005. Les partenaires du 7e Congrès de l'ACOC (à jour le 9 avril) sont: l’Université de Moncton, l’OCCOPPQ, l’UQAM et les cégeps de Lévis-Lauzon et de Rivière-du-Loup (voir les logos et lien Internet sur le site du bulletin). Lien des résidences pour le séjour www.umoncton.ca/vrarh/materielles/Service__de__logement/7.028__Residence__Medard-Collette.html

Info collégiale
SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES OUVERTURE DE POSTE Collège André-Grasset Fonction Conseiller d’orientation poste à temps partiel 60 % Poste de remplacement (durée prévue 1 mois ou plus) Date d’entrée en fonction - Dès que possible Courriel : ressourceshumaines@grasset.qc.ca Description www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=945

Cégep de la Gaspésie et des Îles Le quart des programmes suspendus Dans l'attente des résultatsLa baisse de clientèle force le cégep de la Gaspésie et des Îles à suspendre huit programmes l'an prochain dans ses quatre centres d'enseignements. Programmes suspendus pour 2008-2009: cégep de Gaspé Arts et lettres et médias Maintenance industrielle (secteur anglophone et francophone) Technique forestière Comptabilité et gestion Bureautique (anglophone) centre d'études de Carleton-sur-mer Bureautique centre d'études des Îles-de-la-Madeleine Bureautique école des pêches de Grande-Rivière DEP en mécanique marine. Si huit programmes sont suspendus, le cégep en maintient toutefois 32. La création de nouveaux programmes a souvent permis au fils des ans de séduire une nouvelle clientèle. Il y a 10 ans le cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine comptait près de 1500 étudiants. Il en accueille cette année 400 de moins. Le seul centre d'études de Gaspé a perdu 300 étudiants au cours des 10 dernières années, même si le nouveau programme de Tourisme d'aventures a attiré 250 jeunes depuis trois ans. C'est que parallèlement à ce succès, la clientèle anglophone du collège a diminué de près de la moitié. Le directeur général du cégep, Roland Auger, explique qu'il y a eu cette année une baisse des clientèles traditionnelles au secondaire. « Le nombre d'étudiants qui ont fait une demande d'admission au collège n'a pas beaucoup diminué cette année, il s'est juste distribué autrement », ajoute le directeur. L'an dernier, 150 diplômés du secondaire ont quitté la région pour s'inscrire dans des programmes qu'ils auraient pu suivre en Gaspésie. Cette année, 120 jeunes ont fait le même choix. « Il aurait fallu que ces 120 étudiants choisissent le collège de la Gaspésie et des Îles pour qu'aucun des programmes ne soit suspendu », commente Roland Auger. www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2008/04/11/006-cegep-decroissance_n.asp

La Cité collégiale : encore première en Ontario pour la qualité de son enseignement et pour la pertinence de ses programmes La Cité collégiale se classe première parmi les 24 collèges de l’Ontario pour la qualité de son enseignement (87,5 %) et première pour la pertinence de ses programmes (92,7 %). Ces résultats ont été obtenus dans le cadre de la plus récente étude sur les indicateurs de rendement provinciaux sur la satisfaction de la clientèle, qu’administre une firme externe pour le compte du ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario. « C’est la deuxième fois en trois ans que La Cité collégiale se classe première en Ontario pour la qualité de son enseignement et pour la pertinence de ses programmes. Ces performances exceptionnelles sont attribuables au dévouement et à l’engagement extraordinaire de notre personnel et de nos nombreux partenaires » déclare la présidente de La Cité collégiale, Mme Andrée Lortie. De plus, le Collège affiche le meilleur taux de placement de tout l’Est ontarien alors que 92,7 % de ses diplômés ont obtenu un emploi moins de six mois après l’obtention de leur diplôme. La Cité collégiale obtient aussi un taux de satisfaction très élevé des employeurs en ce qui a trait à la qualité de ses diplômés, soit un taux de 93,2 %. « Ces résultats démontrent encore une fois que notre formation est pertinente et de qualité, poursuit Mme Lortie. Nos étudiants reçoivent une excellente formation. Les employeurs reconnaissent leurs aptitudes et leurs qualifications et c’est toute la communauté qui bénéficie de ces excellents résultats. » L’étude provinciale sur les indicateurs de rendement comprend plusieurs volets et s’inscrit dans le cadre d’une collaboration entre les 24 collèges de l’Ontario et le ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario. http://www.lacitec.on.ca/

Secrétaire, une image qui rebute la relève
Le Québec compte environ 20 000 «secrétaires», ou adjointes administratives, dont 5000 travaillent pour le Mouvement Desjardins. Les inscriptions aux programmes de secrétariat ou de bureautique sont en chute libre un peu partout. La baisse des inscriptions serait plus forte dans les centres de formation du secteur public que dans les collèges privés qui dispensent encore cette formation. www.cyberpresse.ca/article/20080416/CPSOLEIL/80415208/6949/CPSOLEIL03

Une nouvelle ère pour la secrétaire
À la veille de la Semaine des secrétaires, du 21 au 28 avril, voici un témoignage sur l’évolution de ce métier qui se situe aujourd’hui à des années-lumière de l’image de la femme au service d’un patron à qui elle apporte le café tous les matins... www.cyberpresse.ca/article/20080416/CPSOLEIL/80415216/6949/CPSOLEIL03/article/20080416/CPACTUEL/80416009/6685

Info universitaire
Bac en enseignement: trois ans au lieu de quatre
La ministre libérale Michelle Courchesne et les doyens des différentes facultés universitaires d’éducation se demandent maintenant si trois années ne seraient pas suffisantes pour former les enseignants québécois. Dix ans après avoir créé le baccalauréat en enseignement au primaire et au secondaire d’une durée de quatre ans, le gouvernement du Québec songe maintenant à le ramener à trois ans. «Quatre années pour obtenir un brevet d’enseignement, est-ce que ce n’est pas une année de trop?» a lancé mardi la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, lors de l’étude des crédits budgétaires de son ministère, qui atteindront en 2008-2009 les 14 milliards $. Le gouvernement du Parti québécois a décidé à la fin des années 90 de mettre au panier l’ancienne formule du baccalauréat de trois ans dans une discipline (français, mathématiques, histoire, etc.) suivi d’un certificat d’un an en pédagogie. Il l’a remplacé par un baccalauréat de quatre ans en enseignement primaire et un autre en enseignement secondaire. «Il faut évaluer la qualité du brevet actuel et se demander si quatre années sont nécessaires», dit la ministre, qui était de passage à l’Université de Sherbrooke la semaine dernière et qui poursuivra sa tournée auprès des autres universités. Dans un contexte de pénurie de professeurs — surtout en région —, est-ce que des études plus longues découragent des étudiants? interrogent la ministre et ses partenaires. La ministre dit sentir une «nostalgie de la maîtrise» chez les doyens des universités et souhaite encourager les études supérieures en enseignement. «Par exemple, en adaptation scolaire, est-ce qu’on ne pourrait pas réfléchir à l’ajout d’une maîtrise après un bac de trois ans?» suggère Mme Courchesne. La ministre de l’Éducation s’est défendue d’être trop autoritaire et directive avec les professeurs. La ministre dit vouloir continuer à réa­ligner la réforme de l’éducation, surtout pour mieux mesurer les acquis de connaissances dans les matières de base. L’avenir des commissions scolaires sera débattu de nouveau à l’Assemblée nationale d’ici la fin juin; la ministre de l’Éducation entend déposer un projet de loi pour mieux encadrer cette structure administrative et moderniser sa démocratie vacillante. Le nombre de commissaires à chaque conseil — souvent plus de 25 personnes —, la présence des parents aux conseils et les moyens financiers des candidats aux élections scolaires seront inclus dans le projet de loi. www.cyberpresse.ca/article/20080416/CPSOLEIL/80415251/6584/CPSOLEIL

L’admission 2008 bat son plein et il est déjà temps de vous parler de l’admission 2009… Dès maintenant, les dates pour les conférences sur l’admission en sciences de la santé 2008-2009 sont disponibles à : http://www.admissionsante.ulaval.ca/ Dates et endroits 2008-2009 Québec - 21 octobre - 19 h Saint-Georges - 5 novembre - 19 h Saguenay - 12 novembre - 19 h Trois-Rivières - 19 novembre - 19 h Shawinigan - 20 novembre - 12 h 30 Rivière-du-Loup - 1er décembre - 19 h Rimouski - 2 décembre - 19 h Baie-Comeau - 3 décembre - 19 h Matane - 4 décembre - 12 h Sept-Îles - 4 décembre - 12 h Gatineau - 26 janvier - 19 h Montréal - 27 janvier - 19 h Sherbrooke - 28 janvier - 19 h Ville de Laval - 29 janvier - 19 h Nous apprécions votre collaboration pour diffuser le tout auprès de vos étudiants et étudiantes! Bonne journée printanière! Guy Labrecque Conseiller à la gestion des études Guy.Labrecque@fmed.ulaval.ca Site web: http://www.fmed.ulaval.ca/

Fin du deuxième tour du processus d'admission en résidence : les universités québécoises font meilleure figure que celles du reste du Canada en matière d'admission de médecins diplômés à l'étranger www.newswire.ca/en/releases/archive/April2008/16/c6210.html

Lancement d’un nouveau programme court de 2e cycle sur la violence et la psychologie légale à l’Université du Québec à Trois-Rivières Le Service de la formation continue et des centres de cours hors campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) offrira, à compter du 2 mai prochain, un nouveau programme court de 2e cycle favorisant le développement d’une expertise dans le champ de la psychologie légale et la réflexion sur le lien entre les troubles mentaux et la violence. Ce programme, développé avec la collaboration du département de psychologie de l’Université et différents partenaires du milieu, s’adresse tout particulièrement aux intervenants œuvrant auprès des enfants, des adolescents et des adultes ayant des comportements violents. Au total, huit cours seront offerts, du 2 mai prochain jusqu’à l’automne 2009. Différents aspects théoriques seront abordés (violence fondamentale, troubles mentaux et comportement violent), de même que certains aspects appliqués (suicide et populations antisociales, violence et psychopharmacologie, etc.). Les professeurs et spécialistes qui ont contribué au développement de ce nouveau programme jouissent d’une grande reconnaissance dans leur domaine d’intervention, cette reconnaissance reposant sur leur enseignement et sur la recherche menée auprès des personnes manifestant des comportements violents www.uqtr.ca/fc.psyl .

Nouveau-Brunswick - Les diplômés peuvent obtenir jusqu'à 10 000 $ de rabais sur leurs droits de scolarité Les détenteurs d'un diplôme d'études postsecondaires qui décident de vivre et de travailler au Nouveau-Brunswick peuvent obtenir un rabais allant jusqu'à 10 000 $ sur leurs droits de scolarité grâce au Rabais sur les droits de scolarité du Nouveau-Brunswick, a annoncé le ministre des Finances, Victor Boudreau. « Le Rabais sur les droits de scolarité au Nouveau-Brunswick est très avantageux pour notre province, a expliqué le ministre Boudreau. Nous croyons qu'il convaincra les gens qui ont fait des études postsecondaires de choisir de vivre et de travailler au Nouveau-Brunswick et de participer à notre projet d'autosuffisance. » Jusqu'ici, plus de 4 300 personnes ont présenté une demande au titre du programme. Grâce au Rabais sur les droits de scolarité du Nouveau-Brunswick, toute personne, n'importe où dans le monde, qui a obtenu un diplôme d'études postsecondaires d'un établissement reconnu par le gouvernement fédéral après le 1er janvier 2005, et qui choisit de vivre et de travailler au Nouveau-Brunswick sera admissible au programme. Ce programme permet aux gens d'obtenir un remboursement (chèque) non imposable de 50 % de leurs frais de scolarité au titre de l'impôt provincial sur le revenu des particuliers, pour un montant maximal à vie de 10 000 $. Un maximum de 2 000 $ par année peut être réclamé. Pour demander le Rabais sur les droits de scolarité, il faut d'abord soumettre une déclaration de revenus à l'Agence du revenu du Canada et avoir reçu l'Avis de cotisation confirmant l'impôt provincial sur le revenu à payer. Après avoir reçu l'Avis de cotisation, il est possible de faire une demande auprès du ministère des Finances du Nouveau-Brunswick pour obtenir le Rabais sur les droits de scolarité. Au moment de remplir le formulaire en ligne (www.gnb.ca/0162/tax/NBTR/nbttcbc-f.asp ), les personnes doivent fournir les renseignements les plus récents sur le type de diplôme ou grade universitaire obtenu, ainsi que la date de délivrance de celui-ci. Il faut aussi fournir les renseignements que contient l'Avis de cotisation remis par l'Agence du revenu du Canada. www.gnb.ca/cnb/newsf/fin/2008f0416fn.htm Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.gnb.ca/Finances .

Continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie
Vous pouvez visionner la présentation du programme par la directrice du programme, Hélène Moffet sur le site. Le Continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie est le modèle formation privilégié par l’Université Laval. Ce programme comprend un baccalauréat en sciences de la santé (physiothérapie) suivi de la maîtrise en physiothérapie, l’ensemble se réalisant sur dix (10) sessions. Ce modèle permet l’approfondissement des compétences ciblées pour devenir physiothérapeute tout en donnant le temps et l’espace nécessaires à l’acquisition d’une pratique réflexive et d’une démarche évaluative en physiothérapie. Le continuum baccalauréat-maîtrise en physiothérapie vise à former des physiothérapeutes, intervenants de première ligne, qui travaillent à la promotion de la santé, à la prévention et au traitement des désordres de mouvement et de mobilité des personnes. Ils évaluent, posent un diagnostic et interviennent pour optimiser le processus de guérison, l’indépendance fonctionnelle et le bien être des personnes. Les compétences développées dans le continuum de formation permettront aux physiothérapeutes de travailler en interdisciplinarité, de porter un regard critique sur leurs pratiques, d’actualiser leurs compétences, d’évaluer leurs services et de contribuer à l’avancement des connaissances en réadaptation. Dans le continuum, c’est le diplôme terminal de maîtrise en physiothérapie qui donne accès à la profession de physiothérapeute. http://w3.fmed.ulaval.ca/readaptation/index.php?id=922

TRAVAIL SOCIAL EN MILIEUX AUTOCHTONES L'UQAC lance un programme unique L'Université du Québec à Chicoutimi innove. L'établissement d'enseignement vient de lancer un tout nouveau programme court en intervention jeunesse destiné aux communautés autochtones. Un programme de travail social spécialement adapté et complètement bilingue unique en son genre au Canada. La toute première cohorte d'étudiants inscrits à cette formation composée de quatre cours théoriques et d'un stage sur le terrain est arrivée à l'UQAC lundi dernier. Cette cohorte regroupe 22 intervenants autochtones francophones provenant d'une demi-douzaine de communautés amérindiennes de la Côte-Nord et du centre du Québec. Le 21 avril prochain, une deuxième cohorte d'une vingtaine d'étudiants anglophones se présentera à son tour à l'université régionale afin d'entreprendre ce nouveau programme d'études supérieures. Au total, ces deux groupes passeront quatre semaines distinctes à l'UQAC, chacune de ces semaines étant consacrée à un cours précis. À l'issue de ceux-ci, les étudiants, qui sont tous déjà des intervenants sociaux dans leur milieu respectif, seront mieux outillés afin d'affronter les réalités propres aux communautés autochtones. Un élément qui constitue le grand objectif poursuivi dans le cadre de ce programme spécial. "Nous nous sommes rendus compte qu'il n'existait aucune formation adaptée aux réalités et aux besoins des milieux autochtones. "Ce programme a été élaboré comme un tout. Il est très intégré et son contenu est très collé aux besoins et aux réalités des communautés autochtones", souligne Sébastien Savard, directeur de l'unité d'enseignement de travail social de l'UQAC. "En fait, nous sommes partis des besoins du terrain et nous avons monté un programme d'enseignement complet, ce qui constitue une approche unique dans le domaine universitaire", ajoute Damien Ferland, responsable du Service de formation continue de l'université régionale.Si tout se déroule comme prévu et selon le financement disponible, ce nouveau programme de formation devrait être transformé au cours des prochaines années en un programme de certificat de dix cours puis, éventuellement, en un baccalauréat spécialisé en travail social en milieux autochtones. "Chose certaine, les besoins pour de telles formations spécialisées existent sur le terrain. En ce sens, il faut souligner la grande ouverture de l'UQAC, qui a accepté de se lancer dans cette aventure", résume M. Therrien-Pinette. www.cyberpresse.ca/article/20080410/CPACTUALITES/804100403/5276

Avis du Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études concernant l'encadrement des frais institutionnels obligatoires dans les universités québécoises Le Comité consultatif sur l'accessibilité financière aux études (CCAFE) rend public un avis sur une proposition d'encadrement des frais institutionnels obligatoires (FIO) dans les universités québécoises qui doit entrer en vigueur dès l'été 2008 et couvrir une période de trois ans. Cet encadrement se traduira par des modifications aux règles budgétaires des universités. Toutefois, le mécanisme mis en place pour limiter l'augmentation des FIO ne s'appliquera pas si un établissement universitaire conclut une entente avec une association représentative des étudiants. www.cse.gouv.qc.ca/FR/Cafe_Publications/index.html

La CREPUQ déplore l'intervention gouvernementale en matière de frais institutionnels obligatoires www.lelezard.com/communique-101603.html

BAC en enseignement secondaire pour les enseignants non légalement qualifiés - Séance d’information
Le Pôle universitaire des Basses-Laurentides, en collaboration avec l’Université Laval, organise une séance d’information qui se déroulera : Mardi 15 avril 2008. Ce baccalauréat s’adresse uniquement aux enseignants en exercice non légalement qualifiés (NLQ) et permet d’accéder au brevet d’enseignement dans les domaines suivants : Français : être obligatoirement titulaire d’un baccalauréat en littératures française et québécoise (ou l’équivalent); Sciences et technologie : être obligatoirement titulaire d’un DEC en sciences de la nature (ou l’équivalent) ET d’un baccalauréat en chimie, biologie, biochimie, microbiologie ou physique OU être titulaire d’un baccalauréat comportant au moins un cours de mathématiques et 60 crédits de cours en sciences fondamentales ou l’équivalent de 60 crédits de cours correspondant aux concepts du nouveau programme de sciences et technologie des 1er et 2e cycles du secondaire (analyse des dossiers cas par cas); Univers social (Histoire – Géographie) : être obligatoirement titulaire d’un baccalauréat en histoire. Début du 1er cours intensif : mai et juin 2008. Cette séance d’information a pour but, d’une part, de renseigner les enseignants non légalement qualifiés de la CSSMI et des commissions scolaires avoisinantes sur les critères d’admissibilité au BAC et, d’autre part, de fournir tous les détails quant au démarrage d’une deuxième cohorte prévu pour le printemps 2008 dans les Basses-Laurentides. Les enseignants non légalement qualifiés qui désirent assister à cette soirée d’information doivent confirmer leur présence auprès de Marie Josée St-Martin, du Pôle universitaire des Basses-Laurentides au mjst-martin@poleuniversitaire.ca . Pour plus d'information : Mme Michelle Bolduc Adjointe à la direction 450-420-3739 http://www.poleuniversitaire.ca/

Nos universités, usines à diplômés
À grands coups de gueule dans les journaux, professeurs et étudiants disent régulièrement tout leur mépris pour la médiocrité des universités qui seraient devenues des machines à diplômer. De l'argent vite fait, bien fait. En cette période de l'année où se multiplient les cérémonies de remise de diplômes, la question se pose: les baccalauréats de nos universités valent-ils encore quelque chose? www.cyberpresse.ca/article/20080414/CPACTUALITES/804140663/6737

L'université, bientôt une école secondaire?
Si la dégringolade se poursuit, l'université, au baccalauréat, ne vaudra pas plus que l'école secondaire, prédit James E. Côté, auteur du livre Ivory Tower Blues. Philipe Faucher, directeur du département de science politique à l'Université de Montréal, fait observer qu'«aujourd'hui, un diplôme en marketing, ça sert à être représentant sur la route. C'est le même commis voyageur des romans de John Steinbeck qui n'avait que son high school. Le même gars. Avec un diplôme universitaire et un cellulaire.» «C'est comme en psychologie: avant, avec une maîtrise, on pouvait être psychologue. Maintenant, pour être admis à l'Ordre, il faut avoir un doctorat», poursuit M. Faucher. www.cyberpresse.ca/article/20080414/CPACTUALITES/804140662

Les étudiants reçoivent une formation de qualité, assure la CREPUQ Pas une semaine ne se passe sans que l'Université de Montréal ne perde l'un de ses professeurs, attirés par de meilleurs salaires ailleurs au Canada ou aux États-Unis. Les bibliothèques de nos campus sont dégarnies; les ratios professeur/étudiant sont parmi les pires du pays. La Confédération des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) multiplie les SOS. Pourtant, assure-t-elle, la qualité de la formation offerte se maintient. www.cyberpresse.ca/article/20080414/CPACTUALITES/804140647

Plus d'étudiants, plus de revenus
Dans le métro, dans les journaux et sur le web, les publicités des universités sont nombreuses. Campagnes de pub, promesses de bourses, nouveaux programmes, pavillons neufs: les universités ne négligent rien pour attirer le plus grand nombre d'étudiants, au point où certaines en accusent d'autres de jouer dans leurs platebandes. Au goût de certains - qui ont bien en tête la presque faillite de l'UQAM et le déficit accumulé record de 400 millions des universités québécoises en 2006-2007 - , c'est : Attention! Danger: les universités voient trop gros, sans toujours songer à ce que le marché de l'emploi peut absorber. Les comptables de la firme PriceWaterhouseCoopers l’ont écrit en toutes lettres dans leur dernier rapport. L’UQAM, pour régler ses problèmes financiers, devra, entre autres choses, augmenter le nombre de ses étudiants. Et du coup ses revenus. www.cyberpresse.ca/article/20080415/CPACTUALITES/80414248/1019

Crise universitaire
www.cyberpresse.ca/article/20080415/CPOPINIONS03/80414250/1019

Des diplômes et des chiffres
Somme accordée à l'université par diplôme décerné Baccalauréat: 500$ Maîtrise: 1000$ Doctorat: 7000$ Ces revenus représentent seulement 1,55% du budget de fonctionnement des universités québécoises. Source: ministère de l'Éducation. Évolution du nombre d'étudiants dans les universités au Québec (trois cycles confondus) 1989-1990: 159 821 1994-1995: 166 799 1999-2000: 161 719 2004-2005: 187 473 2009-2010: 191 075 * 2014-2015: 197 368 * (**) 2019-2020: 185 015 * * Prévisions ** Sommet prévu avant la décroissance reliée au déclin démographique. Source: ministère de l'Éducation, gestion des données sur l'effectif universitaire. www.cyberpresse.ca/article/20080415/CPACTUALITES/80415008/1019

L'université, à petite dose
Quarante ans après Mai 68, il serait étonnant que se reproduise pareil soulèvement, avance Jacques Hamel, auteur d'une vaste étude sur les comportements des étudiants québécois. Pourquoi? Probablement parce qu'on retrouve de plus en plus d'étudiants comme Alexandra Valiquette, qui concentre ses cours en trois jours pour en travailler trois autres, ou comme Anabelle Morin, qui bosse 30 heures par semaine - en plus d'étudier à temps plein. www.cyberpresse.ca/article/20080415/CPACTUALITES/804150585/1019

Le niveau baisse
Au fil des ans, les universités se sont transformées en gros cégeps. Et les cégeps, en gros secondaires. Le ministère de l'Éducation est obsédé par le décrochage. Le problème est grave. Les garçons en arrachent et abandonnent l'école à pleine porte. Le MEQ est prêt à tout pour lutter contre le décrochage, même à se tirer dans le pied. Abaissons les exigences, se disent les fonctionnaires, et le taux d'échec va chuter. Le problème, c'est que le niveau, aussi, baisse. À partir de septembre, les critères d'admission au cégep vont diminuer. L'élève pourra entreprendre ses études collégiales même s'il n'a pas son diplôme du secondaire. Mais, précise le Ministère, il ne devra pas lui manquer plus de six unités. Le cours de français de cinquième secondaire vaut six unités, les mathématiques quatre, l'anglais quatre, les cours d'art deux. Un élève qui aura échoué à son cours de français pourra donc aller au cégep. Le problème, c'est qu'il devra mener de front la fin de son secondaire et le début de son cégep. Dans deux institutions différentes. Une acrobatie périlleuse pour un élève en difficulté. Car ce sont les faibles qui vont profiter de cette mesure. Mais peu importe, il y aura davantage d'élèves au cégep et moins de décrocheurs au secondaire. Autre mesure qui devrait entrer en vigueur en septembre: «l'admission sur la base d'une formation jugée suffisante». Une autre bibitte concoctée par le MEQ. L'élève qui n'a pas son diplôme d'études secondaires, mais qui a quitté l'école depuis deux ans pourra être admis au cégep. Il devra toutefois présenter une combinaison valable de scolarité et d'expérience pour être accepté. Sauf qu'il n'y aura pas de balises nationales. Chaque institution pourra concocter sa grille d'admission. Si un cégep a des problèmes de recrutement, il sera drôlement tenté de diminuer ses exigences pour admettre le plus d'élèves possible. Le cégep est malade d'un secondaire faible et l'université est malade d'un cégep faible. Un faible + un faible ne donnera jamais un fort. Le drame, c'est que personne au ministère de l'Éducation ne semble le comprendre.www.cyberpresse.ca/article/20080414/CPOPINIONS05/804140650

Formation, documentation
Salon Carrières et Emplois La Presse
Palais des congrès de Montréal Métro Place-d’Armes Entrée gratuite ! Jeudi 17 avril 2008 de 12h à 19h Vendredi 18 avril 2008 de 10h à 17h Plusieurs pavillons : -Vente et Service à la clientèle -Santé, Services sociaux et sciences de la vie -Administration et Gestion -Fonction publique -Industrie et Production -Tous azimuts -Aide à l’emploi Apportez plusieurs copies de votre cv Information et inscription au http://www.ecarrieres.com/

Accompagnement vers l’emploi http://www.septembre.com/ Je viens prochainement au Québec et Wilfrid Larochelle, c.o. en profite pour organiser avec son entreprise, Les Projets Alpha et Oméga, une formation sur le thème de l’accompagnement vers l’emploi. Descriptif du programme : www.septembre.com/pdf/formation-accompagner-emploi.pdf Avec mes cordiales salutations Dominique Clavier dominique.clavier@human-research.com

L'institut de recherche fondamentale et clinique en psycho-orientation envisage de démarrer une nouvelle cohorte pour le programme de formation à la psychothérapie à l'automne 2008. Il faudrait savoir, le plus rapidement possible, si nous aurons un nombre de personnes suffisant pour constituer un groupe d'au minimum 10 personnes. Je rappelle que le programme s'étend sur 3 ans, les coûts seront de 800 $ par trimestre, et la formation se dispensera à Montréal à raison d'une fin de semaine par mois (samedi et dimanche de 9h30 à 16h30). Si vous souhaitez vous y inscrire, ou obtenir plus d'informations, prière de me contacter à irfcpo.formation@sympatico.ca Salutations cordiales, Louise Landry, c.o.

Bonjour chers collègues conseillers et conseillères d'orientation Notre équipe de recherche est actuellement en phase intensive de recrutement de participantes et de participants pour une étude longitudinale menée auprès de travailleurs et travailleuses de plus de 45 ans, sans emploi. Nous croyons que plusieurs d'entre vous pourraient grandement nous aider à cette étape cruciale de la recherche. Bonne journée et au plaisir. Geneviève Fournier, Ph.D., c.o. Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail (CRIEVAT) genevieve.fournier@fse.ulaval.ca

L'Éco-Stage de Katimavik solidement appuyé par le gouvernement du Québec La ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Madame Line Beauchamp, et le député de LaFontaine et adjoint parlementaire du premier ministre du Québec en matière de jeunesse, Monsieur Tony Tomassi, ont annoncé à la Biosphère de Montréal une aide de 1,4 M$ à Katimavik pour son programme de service volontaire axé sur l'environnement : L'ECO-STAGE de Katimavik. L'objectif de cette initiative consiste à offrir à de jeunes Québécois, âgés de 18 à 30 ans, finissants d'un programme universitaire ou collégial technique relié à l'environnement, un programme de stages auprès d'organismes voués à la protection de l'environnement et au développement durable. Au total, environ une centaine de jeunes participeront à des stages de 6 mois. La première cohorte commencera le programme en juin 2008. Deux autres groupes s'ajouteront en septembre. Il s'agit d'un projet pilote et Katimavik souhaite éventuellement en faire un programme pancanadien. Selon Mme Beauchamp, «ce projet est d'une grande valeur pour le Québec et ses régions puisqu'il associera directement des jeunes à des enjeux actuels tels que la protection du territoire, l'intégrité écologique des écosystèmes et le développement durable dans lequel nous sommes résolument engagés». Rappelons que la Stratégie d'action jeunesse 2006-2009, lancée par le premier ministre Jean Charest, contient 80 mesures destinées à favoriser la réussite des jeunes, que ce soit à l'école, dans le cadre d'un projet de formation, au travail ou à travers une action communautaire. http://www.ecostages.qc.ca/

La famille ou le travail?
www.cyberpresse.ca/article/20080325/CPACTUEL/80325014/6687

Conciliation travail-famille: les portes de sortie se referment
www.cyberpresse.ca/article/20080323/CPSOLEIL/80322069/6687

La révolution du travail par la famille
www.cyberpresse.ca/article/20080323/CPSOLEIL/80322080/7125

Les Québécois sont les plus exposés aux champs électromagnétiques La population est plus exposée aux ondes provenant de champs électromagnétiques que quiconque en Occident. Les Québécois sont beaucoup plus exposés aux champs électromagnétiques dans leurs maisons que les autres Canadiens et que les citoyens d'autres pays industrialisés, indique l'Institut national de santé publique du Québec dans un document publié hier. Ces ondes provenant des systèmes et des appareils électriques sont suspectées de causer la leucémie chez de jeunes enfants. www.cyberpresse.ca/article/20080415/CPACTUALITES/804150583/6488

Démystifier la profession de psychiatre
Le psychiatre, un obsédé de la prescription de pilules qui fait enfermer des fous dans des asiles? Que de préjugés... Le site Web de l’Association des médecins psychiatres du Québec trace un portrait plus réaliste de la profession. On y trouve notamment un aperçu de la formation requise et des descriptions vulgarisées des maladies que le psychiatre côtoie régulièrement dans sa pratique. www.ampq.org/3

Entrez voir la VIDÉO Incursion à l'atelier d'estampes Dans ce onzième reportage du trimestre d'hiver, l'équipe formée de Joanie Cyrenne-Tourigny, Gabrielle Ébacher et Émilie Bourdeau Bournival vous propose une incursion à l'atelier d'estampes du pavillon Benjamin- http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=7348



---------------------------------------------------------------------
Guide d'admission universitaire - Automne 2008 Version du 13 février 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Documents réalisés par Raymond Jean, c.o.


Moncton, j’embarque! http://faislesaut.com/ Pour le moment, 36 membres des 21 institutions suivantes ont déjà signifié leur intérêt. À l’ouest (9) : les cégeps St-Jean-sur-Richelieu, Granby, St-Jérôme, Sherbrooke, Trois-Rivières, Lanaudière, Outaouais, Vieux-Montréal et l’université de Sherbrooke. À l’est (12) : Alma, Jonquière, Limoilou, Gaspésie, St. Lawrence, Ste-Foy, F.-X. Garneau, Lévis-Lauzon, Rivière-du-Loup, Chicoutimi, l'université Laval et Psycho-Carrière. Le Comité de perfectionnement pour le 7e congrès 2008 de l'ACOC en partenariat avec l'Université de Moncton Je suis partant pour Moncton – J’ai hâte à Moncton du 12 au 16 mai 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire de l'ACOC
ACOC@videotron.ca
Sur le site du bulletin, nous pouvons maintenant afficher des mini-diaporamas www.quelquechosedelacoc.blogspot.com Celui des partenaires du 7e Congrès; celui du congrès de l’année dernière vous dirigera vers le site de toutes les photos, si vous cliquez sur l’une ou l’autre. Éventuellement, nous pourrons identifier nos partenaires. De plus, nous vous mentionnons que tous les bulletins sont archivés sur ce site. Le site du bulletin est plus que la somme de ses courriels…)

À noter à votre agenda
Carrefour de l’orientation
(thème à préciser) le mercredi 26 novembre 2008 à l’UQAR-Lévis jumelé avec une rencontre avec les représentants des deux campus et la journée des partenaires de l’université Laval, le lendemain : jeudi le 27 novembre 2008


Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :

09 avril 2008

V 6 No 25: Moncton j'embarque... embarque donc !

Moncton, j'embarque...embarque donc!
Voir ce vidéo de Mathieu Gingras

video

Cette présentation a été faite à l'hôtel Hilton de Québec le 14 mars 2008, cliquez sur la flèche pour le visionnement

Voir ce vidéo promotionnel de l’Université de Moncton sur Youtube, en cliquant sur ce lien
www.youtube.com/v/nJ-s0xAE7aA&rel=0&color1=0x2b405b&color2=0x6b8ab6&border=1&hl=en


Pour s’inscrire au 7e Congrès de l’ACOC en partenariat avec l’université de Moncton (du 12 mai au 16 mai 2008) Moncton j’embarque! les membres ne sont pas obligés de participer au Congrès de l’Association de counseling (voir ci-dessous). Pour les journées du 14 et 15 mai, Mathieu Gingras de l’université de Moncton s’engage à organiser des rencontres au besoin ou autres visites. Allez à la page du Congrès 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=950 pour consulter le Programme (ainsi que la description des conférences et formulaire d'hébergement) et compléter le Formulaire d’inscription. S'inscrire si possible au congrès avant le mardi 15 avril.

Nous sommes 528 membres inscrits au bulletin électronique de l’ACOC (71 de plus que l’année dernière) et le site de l’ACOC a été jusqu’à maintenant consulté 51569 fois depuis 2005. Les partenaires du 7e Congrès de l'ACOC (à jour le 9 avril) sont: l’Université de Moncton, l’OCCOPPQ, l’UQAM et les cégeps de Lévis-Lauzon et de Rivière-du-Loup (voir les logos et lien Internet sur le site du bulletin). Lien des résidences pour le séjour www.umoncton.ca/vrarh/materielles/Service__de__logement/7.028__Residence__Medard-Collette.html

L'assemblée générale annuelle de l'ACOC aura lieu le lundi 12 mai 2008 lors du 7e Congrès de l’ACOC, dans l’autobus en après-midi « à quecpart » entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Imprimez l'ordre du jour suivant. Le procès-verbal de la 6e assemblée générale annuelle du vendredi 1er juin 2007 sera sur le site de l’ACOC prochainement. Vous pouvez consulter nos Statuts (notamment les articles 8 à 12) à la page www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=808 . Il faudra être dans l’autobus pour y participer. Toutefois, si vous ne pouvez être présent, communiquez vos questions, suggestions (lieu des prochains congrès, thème et conférencier pour le Carrefour de l’orientation 2008) et commentaires à acoc@videotron.ca (courriel du secrétaire de l’ACOC). Pour l'élection du Conseil exécutif (année paire: Vice-président, Conseiller et Secrétaire; Il est composé de cinq membres réguliers qui se répartiront, après chaque élection, les fonctions), veuillez annoncer votre intention par courriel à acoc@videotron.ca afin de faire connaître votre candidature à tous les membres avant l'assemblée générale.

Ordre du Jour de la 7e assemblée générale de l’ACOC
dans l’autobus à « quecpart » entre le Québec et le N.B.
le lundi 12 mai en après-midi

1. Présidence de l'Assemblée : Philippe Brosseau et Secrétaire de l’Assemblée : Bruno Tremblay
2. Lecture et adoption de l'ordre du jour
3. Adoption du procès-verbal de la 6e assemblée générale du 1er juin 2007 et suivi
4. Rapport du Conseil exécutif (Philippe Brosseau, président)
5. Rapport de la trésorière (Diane Fortin)
6. Rapport des comités (et propositions s’il y a lieu)
6.1. Comité Carrefour de l’orientation (Bruno Tremblay, secrétaire)
6.2. Comité partenariat (Chantale Desjardins)
6.3. Comité de perfectionnement (Nathalie Houde, conseillère) et Congrès de l’ACOC 2009 et 2010
7. Élections au Conseil exécutif (année paire: Vice-président, Conseiller et Secrétaire; Il est composé de cinq membres réguliers qui se répartiront, après chaque élection, les fonctions)
8. Élections du Comité de perfectionnement (4 membres : minimum 3 réguliers dont un du C.E.)
9. Voeux de l’Assemblée au Conseil exécutif
10. Levée de l’assemblée

Inscription au colloque de l’ACC à Moncton
À partir du 1er avril: 490$ pour les membres réciproques ou 300$ par jour www.ccacc2008.ca/fr/download_forms.cfm?lang=fr Pour consulter le programme provisoire: www.ccacc2008.ca/fr/presentations.cfm?lang=fr Le vice-président au secteur orientation, Michel Turcotte, c.o., a été choisi comme récipiendaire du Stu Conger Award 2008 de la Fondation canadienne pour l'avancement de la carrière. Il s'agit d'un prestigieux prix de leadership canadien en consultation professionnelle et en développement de carrière " Sûrement que lors de la remise de ton prix, dans le cadre du prochain congrès de l'Association canadienne de counseling qui se tiendra à Moncton, les conseillers et conseillères d'orientation qui te côtoient et oeuvrent de concert avec toi pourront ressentir cette même fierté qui ne peut que rejaillir sur l'ensemble de nos professionnels ", a souligné à cette occasion le président de l'Ordre, Laurent Matte, c.o. Dans le même ordre d'idées, soulignons également que le conseiller d'orientation Simon Viviers, c.o. a remporté le Prix de l'Association canadienne de counseling 2008 pour son mémoire de maîtrise intitulé Étude de la santé psychologique des ophtalmologistes québécois et rédigé à l'Université Laval. Il l'a réalisé sous la direction de Mme Marie-France Maranda et la co-direction de Mme Lise Lachance. Il recevra son prix lors du prochain Congrès de l'Association.


Info collégiale
Conseillère en orientation - Service de l'admission, de la consultation et du registrariat - Collège de Bois-de-Boulogne Fin du concours Le mardi 15 avril 2008 Régulier à temps complet. Relevant de l’adjoint à la Direction des études et des services aux étudiants, vous jouez un rôle de premier plan dans l’encadrement et le soutien des étudiants relativement à leur choix professionnel. De plus, vous êtes appelé à assurer un leadership dans le développement des stratégies de recrutement du Collège. Direction des ressources humaines / COLLÈGE DE BOIS-DE-BOULOGNE 10555, avenue de Bois-de-Boulogne Montréal (Québec) H4N 1L4 Télécopieur : 514 332-3004 / Courriel : drh@bdeb.qc.ca Site Internet: http://www.bdeb.qc.ca/ Description à la section Nouvelles du site http://www.acoc.info/

Avis du Conseil supérieur de l'éducation concernant le collégial - Des voeux pieux pour la CSQ et ses fédérations "Nous sommes déçus de l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) parce que ce qu'il propose n'est pas suffisant pour assurer la réussite des étudiantes et des étudiants. Nous comprenons mal que d'un côté, il rehausse les exigences de l'obtention du diplôme d'études secondaires et de l'autre, il réduit les exigences d'admission au collégial. Cela relève de la pensée magique de penser pouvoir miser seulement sur un meilleur encadrement pour aider les élèves admis de façon conditionnelle", affirment les représentantes et les représentants du secteur collégial de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). La CSQ et ses fédérations avaient déjà émis de grandes réserves quant à l'admission sous condition d'étudiantes et d'étudiants n'ayant pas obtenu leur diplôme d'études secondaires (DES). En effet, admettre ces derniers alors qu'il leur manque six unités en français ou en mathématiques, tout en leur permettant de suivre des cours du collégial, peut constituer une voie vers l'échec qui est inacceptable. En plus de devoir se concentrer sur leurs cours réguliers, ces étudiants devront composer avec des défis importants de logistique d'horaires et de disponibilité d'offres de cours aux adultes. Concrètement, en acceptant l'admission conditionnelle, le Conseil accepte qu'un élève puisse être admis au cégep avec son cours de mathématiques de 3e secondaire ou son cours de français de 4e secondaire. Et même si le Conseil propose un meilleur encadrement, la CSQ considère qu'il faut imposer certaines balises afin de s'assurer de la réussite de ces étudiants et que ces derniers, qu'ils soient en région ou dans les centres urbains, puissent jouir des mêmes conditions. "Pourquoi ne pas traiter les cas exceptionnels comme des exceptions plutôt que de transformer l'exception en règle ? A cet effet, on pourrait établir des balises nationales pour traiter des cas d'exception en tenant compte, par exemple, de la moyenne de l'étudiant en 4e secondaire", ajoutent les représentants de la CSQ. En ce qui a trait à l'admission sur une base jugée suffisante, la CSQ considère que le CSE retient une approche volontariste en proposant la concertation entre les établissements. La Centrale propose plutôt que le contenu d'une formation jugée suffisante soit balisé sur le plan national afin d'éviter une concurrence indue entre les établissements qui pourraient être tentés, dans un contexte de baisse d'effectifs, de revoir à la baisse les critères d'une formation jugée suffisante. La CSQ et ses fédérations sont favorables à ce que le Conseil adhère aux deux modifications proposées à la sanction d'études collégiales, à savoir, le diplôme sans mention de programme d'études et le diplôme de spécialisation d'études techniques (DSET). www.newswire.ca/fr/releases/archive/April2008/03/c2282.html

Réaction de la FECQ - Modification au RREC - Le Conseil supérieur de l'éducation cautionne le "DEC en rien" À la suite de la publication de l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE) sur le projet de règlement modifiant le Règlement sur le régime des études collégiales, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) craint pour la reconnaissance du DEC au collégial. En effet, l'avis du CSE appuie l'idée ministérielle d'accorder "le diplôme sans mention du nom du programme d'études" ce qui permettrait à un étudiant ayant réussi la formation générale du collégial et accumulé 28 crédits supplémentaires, soit l'équivalent de deux années d'études, d'atteindre l'université sans avoir complété un programme en entier. La présidente de la FECQ, Mme Geneviève Bond-Roussel, dénonce "ce DEC en rien qui fait miroiter aux étudiants un diplôme qui n'assure pas l'acquisition des compétences nécessaires à la réussite universitaire." En effet, le nouveau diplôme pourrait ne représenter qu'une accumulation de sessions d'introduction, sans cours d'approfondissement ou d'intégration des diverses matières d'un programme. En ce qui concerne l'admission conditionnelle des étudiants du secondaire, l'avis du CSE apporte un point intéressant. En effet, le Conseil recommande que le statut de temps plein soit accordé aux étudiants qui doivent alléger leur horaire collégial pour réussir à condenser les apprentissages d'un cours secondaire d'un an à l'intérieur d'une session. Une telle mesure assurerait à ces étudiants l'accès à l'Aide financière aux études et à la gratuité scolaire. La FECQ appuie cette idée, qui vise à assurer un accès équitable à l'admission conditionnelle. http://www.fecq.org/ . www.newswire.ca/en/releases/archive/April2008/03/c2075.html

Une nouvelle formation en transcription médicale à Shawinigan À la demande du Centre de santé et de services sociaux de l'Énergie (CSSSÉ), le Collège Shawinigan offre depuis la fin janvier une formation en transcription médicale, ce qui pourrait aussi permettre de répondre aux besoins observés dans ce domaine au Québec. Ce programme d'Attestation d'études collégiales (A.E.C.) consiste à former le personnel de façon à ce qu'il soit apte à transcrire des rapports médicaux, des résumés de dossiers et des protocoles opératoires. La formation est dispensée à temps plein, de jour, à raison de 25 heures par semaine. Elle est répartie sur 4 sessions pour une durée totale de 44 semaines. Le salaire offert aux finissants commence environ à 15$ de l'heure www.monemploi.com/ma_formation/actualites/une-nouvelle-formation-transcription-medicale-shawinigan-7804.html

117 inscriptions au Centre collégial de Mont-Tremblant! Les partenaires du futur Centre d'études collégiales jubilent. L'établissement postsecondaire tremblantois pourrait accueillir 125 étudiants dès l'ouverture de la première session le 20 août prochain. Ce 17 mars, le directeur général du Cégep de Saint-Jérôme, Serge Tessier a fièrement confirmé le nombre de demandes d'admission au futur Centre d'études collégiales de Mont-Tremblant. «Nous annonçons aujourd'hui 117 demandes d'admission reçues à ce jour: 44 au programme d'accueil, 20 en Sciences de la nature et 53 en Sciences humaines. La qualité des dossiers laisse présager un taux d'admission de plus de 90%. Sur cette lancée, il ne serait pas étonnant d'avoir 125 inscrits pour l'automne puisque l'admission au SRAM se poursuit jusqu'en juin», de signaler M. Tessier. Le plus beau de l'affaire est que le nombre d'inscriptions au campus collégial de Mont-Laurier n'en est pas affecté. Il s'agissait d'une inquiétude pour les porteurs locaux du projet. http://infodunordtremblant.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=53202&catname=Faits+divers&classif=Nouvelles

Info universitaire
Évaluation du français des futurs profs : le test jeté au panier Après trois ans de travail et de négociations avec les universités et le ministère pour la création d’un examen de français plus difficile, la TÉLUQ vient de se voir montrer la porte de sortie. Les universités et le ministère de l’Éducation (MELS) doivent tout reprendre du début et en écrire un nouveau. Chaque année, les piètres résultats en français des étudiants en enseignement ne manquent pas de faire les manchettes. Entre 40 et 70 % des futurs profs du primaire et du secondaire échouent l’examen de français à leur arrivée à l’université. Un test qui mesure pourtant des connaissances de cinquième secondaire...Pour donner un coup de barre, les neuf universités francophones ont décidé d’imposer à tous un examen uniforme, à la moitié du baccalauréat. Les étudiants qui n’obtiendront pas la note de passage (75 %) à cet examen devront le reprendre et ne pourront faire leur troisième stage tant que l’épreuve ne sera pas réussie. Après trois échecs, ils seront tout simplement exclus du programme. Mais après trois ans de travail et de négociations avec les universités et le ministère, la TÉLUQ vient de se voir montrer la porte de sortie. La raison? Son test aurait coûté trop cher aux étudiants, soit environ 115 $. Toute une hausse par rapport aux 30 $ ou 75 $ que doivent actuellement débourser les étudiants québécois, selon le test subi. Une pilule difficile à avaler dans un contexte de dégel des droits de scolarité, ont convenu les doyens des neuf facultés d’éducation. Certains se demanderont si le test de la TÉLUQ a été rejeté parce qu’il était trop difficile. Une expérience-pilote menée en décembre à l’Université de Sherbrooke auprès d’une quarantaine d’étudiants a révélé des taux d’échecs «très élevés» selon nos informations. «Oui, on veut un test exigeant, mais si on fait échouer tout le monde, on se cause d’autres problèmes», note Marcel Monette. www.cyberpresse.ca/article/20080404/CPSOLEIL/80403427/1019

Test de français rejeté : la TÉLUQ déconcertée La Télé-université (TÉLUQ) s’explique mal la décision du ministère de l’Éducation et des universités, qui rejettent le test de français destiné aux futurs enseignants qu’elle avait le mandat de concocter. L’institution croit que le niveau de difficulté de l’examen pourrait expliquer la volte-face du ministère, qui affirme que le test coûte trop cher. Monique Desnoyers, directrice du service d’évaluation linguistique de la TÉLUQ, a été surprise d’apprendre dans Le Soleil que l’examen sur lequel son équipe travaillait depuis 2005 avait été mis au rancart : «On savait qu’on était dans une impasse, mais on pensait qu’on négociait encore.» Pour rehausser le niveau de maîtrise du français des futurs enseignants, le ministère et les universités ont décidé d’imposer un examen uniforme à tous les étudiants, à mi-chemin de leur baccalauréat. Experte dans le domaine, la TÉLUQ a été mandatée pour concevoir ce test. Une version préliminaire de ce nouvel examen avait été testée par des étudiants de l’Université de Montréal, au début 2007. Le taux d’échec a été de 70 %, indique Mme Desnoyers. «Les résultats n’ont pas plu, mais on a fait le test en fonction des exigences fixées par les universités», dit-elle. Une nouvelle version, plus facile, a été développée, mais la deuxième cohorte d’étudiants de l’Université de Sherbrooke qui a passé le test cet automne n’a pas mieux réussi.Au ministère de l’Éducation, la porte-parole Stéphanie Tremblay affirme que le niveau de difficulté de l’examen n’a rien à voir avec la décision du ministère. Un nouveau comité a été créé, composé d’experts du ministère et des universités, pour développer un nouveau test qui devrait être prêt tel que prévu à l’automne 2008, assure-t-elle. www.cyberpresse.ca/article/20080407/CPSOLEIL/80406098/6584

Trop d'intégration «sauvage» dans les classes
La Fédération des syndicats d'enseignants entend exiger une limite au nombre d'élèves handicapés ou en difficulté par classe. «Il s’agit d’établir le seuil à partir duquel la classe ordinaire ne peut plus recevoir ces élèves sans compromettre la qualité de l’enseignement, autant pour eux que pour le reste de la classe», explique la présidente On intègre de plus en plus d'enfants handicapés ou en difficulté dans les classes régulières. Mais les ressources ne suivent pas. Et les profs sont à bout de souffle. Ils se plaignent de passer plus de temps à gérer leur classe qu'à enseigner. Pour arriver à transmettre toute la matière, plusieurs doivent escamoter le programme. Désemparés, d'autres finissent par quitter la profession. Pour les syndicats, ça ne peut plus durer. www.cyberpresse.ca/article/20080404/CPACTUALITES/804040692/1019

Entrez voir la VIDÉO Sur la piste des stagiaires de l'UQTR Le stage est une étape essentielle dans la formation de plusieurs diplômés de l'Université du Québec à Trois-Rivières. L'équipe de Martine Lauzière, Khaeddy Chanthavongnasaeng et Véronique Chamberland est allée à la rencontre de stagiaires et leurs superviseurs. Écoutez leurs témoignages. http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=7326

Formation, documentation
Le peuple invisible: documentaire-choc http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=7327 Le peuple invisible, de Richard Desjardins et Robert Monderie, est un documentaire-choc sur les peuples indiens. Les auteurs ont voulu démontrer la rupture brutale de l'équilibre des autochtones avec leur milieu naturel et les séquelles de tout ce ravage. Une cassure qui se révèle à la lecture de leur histoire. La nation algonquine a 5000 ans d'histoire. Il y a 200 ans, ce peuple occupait un territoire qui s'étendait de Laval à Val-d'Or, jusqu'au lac Huron. Ces gens étaient en synchronie avec la nature. Cet équilibre sera rompu à l'arrivée de Jacques Cartier, en 1534. Au départ, les deux peuples ont de bons liens de partenariat. L'Amérindien devient rapidement encombrant. Les Européens n'ont plus besoin de la personne, mais seulement des biens, dont le bois. Cette marginalisation croissante et une sédentarité forcée bouleversent leur mode de vie, leurs coutumes, mettant ainsi en péril leur existence. Écoutez les témoignages que ces deux femmes livrent à propos de la vie quotidienne de leur peuple. À la fin, vous entendrez deux questions du public: Doit-on garder ou abolir les réserves? La culture est-elle toujours présente chez les autochtones? Ceux qui ont raté ce rendez-vous ou qui souhaitent revoir Le peuple invisible, pourront le faire puisque Radio-Canada présentera le documentaire le 17 avril à 20h L'ONF et Le peuple invisible. www.onf.ca/webextension/peuple-invisible Reportage de Francis Labbé à Radio-Canada sur le documentaire Le peuple invisible www.radio-canada.ca/arts-spectacles/cinema/2006/09/05/002-desjardins-algonquins.asp et www.radio-canada.ca/arts-spectacles/cinema/2007/10/28/001-abitibi-desjardins.asp aussi www.radio-canada.ca/arts-spectacles/cinema/2007/11/23/002-peuple-invisible-critique.asp

L'avis psychologique Émerger de la crise suicidaire, guérir du mal-être qui l'a engendrée!
http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=7324

De la gestion des ressources humaines à la gestion humaine des ressources Selon Jean-Pierre Brun, titulaire de la chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail dans les organisations (CGSST) de l'Université Laval, le travail ne doit pas détruire la vie. C'est la conviction qui est au centre de ses recherches et de ses interventions. «C'est en échangeant avec Michel Chartrand, un homme d'une grande humanité et d'une grande culture, que j'ai compris le rôle crucial de la gestion et de l'organisation du travail pour prévenir les maux du travail», dit-il. «La santé et la sécurité sont un enjeu majeur du management. Chaque année, au Québec, entre 100 000 et 125 000 travailleurs sont victimes de lésions et les maladies professionnelles et une centaine en meurent. La CSST verse plus d'un de 1,5 milliard en prestations. Cet argent pourrait mieux profiter aux entreprises et aux travailleurs», note Jean-Pierre Brun.«Les organisations ont de moins en moins de marge de manoeuvre pour améliorer leur rentabilité. Une meilleure gestion de la santé et de la sécurité est l'un des moyens pour y parvenir», poursuit-il. Convaincu que bien-être et qualité de vie au travail sont des sources de richesse pour les entreprises, Jean-Pierre Brun martèle souvent ce message: il faut passer de la gestion des ressources humaines à la gestion humaine des ressources. http://www.lapresseaffaires.com/

Deux congélateurs, une fourgonnette, quatre enfants
Si les grosses familles ne sont plus légion au Québec, quelques couples trentenaires choisissent de mettre quatre enfants au monde. Une décision réfléchie, et ce, même si on ne leur facilite pas toujours la vie. Leur secret? Organisation, débrouillardise et amour. Des familles tissées serré. Deux congélateurs. Le lave-vaisselle et le lave-linge fonctionnent quotidiennement. Un avant-midi pour plier le linge propre. Une épicerie d'environ 200 $ par semaine (sic). Pas de vacances dans le Sud ou à l'étranger. C'est le quotidien des familles de quatre enfants. Si les parents avouent faire certains sacrifices, ils décrivent avec enthousiasme la richesse d'une telle famille. «Les gens nous trouvent courageux, mais c'est notre routine, une organisation, la vie», témoigne Marie-Josée Gagné, mère de quatre enfants âgés de 3 mois à 9 ans. Leurs enfants s'entraident, développent leur débrouillardise, l'esprit de partage. Entendre leurs rires complices comble les parents de bonheur. Car avoir quatre enfants ou plus n'arrive pas par accident. Les familles «nombreuses» ne passent pas inaperçues. Les commentaires des gens fusent. «Souvent, on nous demande si nous formons une famille recomposée», mentionne Nadine Privé. «Ils sont tous à vous? Vous êtes courageux», dit-on souvent à Geneviève Comeau. Les chiffres montrent une très légère augmentation du nombre de familles de quatre enfants et plus. Mais aucune tendance à l'horizon. «La cloche commence à sonner, mais ce n'est pas un phénomène marquant. Trop de données sont encore provisoires», souligne Chantal Girard, de l'Institut de la statistique du Québec. www.cyberpresse.ca/article/20080407/CPACTUEL/804070674/6685


---------------------------------------------------------------------
Guide d'admission universitaire - Automne 2008 Version du 13 février 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Documents réalisés par Raymond Jean, c.o.

Moncton, j’embarque! http://faislesaut.com/ Pour le moment, 36 membres des 21 institutions suivantes ont déjà signifié leur intérêt. À l’ouest (9) : les cégeps St-Jean-sur-Richelieu, Granby, St-Jérôme, Sherbrooke, Trois-Rivières, Lanaudière, Outaouais, Vieux-Montréal et l’université de Sherbrooke. À l’est (12) : Alma, Jonquière, Limoilou, Gaspésie, St. Lawrence, Ste-Foy, F.-X. Garneau, Lévis-Lauzon, Rivière-du-Loup, Chicoutimi, Psycho-Carrière et l'Université Laval. Le Comité de perfectionnement pour le 7e congrès 2008 de l'ACOC en partenariat avec l'Université de Moncton Je suis partant pour Moncton – J’ai hâte à Moncton du 12 au 16 mai 2008 www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire de l'ACOC
ACOC@videotron.ca
Sur le site du bulletin, nous pouvons maintenant afficher des mini-diaporamas www.quelquechosedelacoc.blogspot.com Celui des partenaires du 7e Congrès; celui du congrès de l’année dernière vous dirigera vers le site de toutes les photos, si vous cliquez sur l’une ou l’autre. Éventuellement, nous pourrons identifier nos partenaires. De plus, nous vous mentionnons que tous les bulletins sont archivés sur ce site. Le site du bulletin est plus que la somme de ses courriels…
À noter à votre agenda
Carrefour de l’orientation
(thème à préciser) le mercredi 26 novembre 2008 à l’UQAR-Lévis jumelé avec une rencontre avec les représentants des deux campus et la journée des partenaires de l’université Laval, le lendemain : jeudi le 27 novembre 2008

Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :