27 octobre 2008

V 7 No 11: Les cégépiens travaillent trop!

L'aube à Tadoussac en octobre



Annoncez sur le site de l'ordre vos activités qui auront lieu autour de cette semaine www.occoppq.qc.ca/co_semaine/index2008.asp

Inscription au Carrefour de l’Orientation (il reste quelques places seulement dont 5 pour la région de Québec): Le raisonnement clinique : un moyen pour adapter nos interventions aux besoins de clientèles vulnérables avec Alain Dubois, c.o. Résumé: http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2008/10/v-7-no-8-programme-du-prochain.html Veuillez vous inscrire rapidement par courriel afin de faciliter l'organisation. Pour la région de Montréal : le vendredi 21 novembre 2008 en avant-midi au Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption en envoyant un courriel à l'adresse nathalie.lessard@collanaud.qc.ca en mentionnant votre nom et lieu de travail (frais pour l'organisation du Carrefour de l’orientation: chèque de 40$ au nom de l'ACOC payable sur place). Pour la région de Québec: le mercredi 26 novembre 2008 en avant-midi au campus Lévis de l’UQAR en envoyant un courriel à l'adresse acoc@videotron.ca (frais pour l'organisation du Carrefour de l’orientation: chèque de 40$ au nom de l'ACOC payable sur place). Pour plus de détails sur la journée, voir le numéro précédent http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2008/10/v-7-no-10-inscription-carrefour-de.html

CONSEILLER(ÈRE) D’ORIENTATION ET AIDE PÉDAGOGIQUE INDIVIDUEL au cégep André-Laurendeau REMPLACEMENT À TEMPS PARTIEL (80%) CONCOURS # 08-022-P PLUS SPÉCIFIQUEMENT : Accompagnement des élèves de la première session (en collaboration avec les départements, les enseignants, les aides pédagogiques individuels et les conseillers pédagogiques). Élaborer et mettre en œuvre des activités de groupe en orientation.Intervenir en classe dans le cadre de certains cours spécifiques (orientation, relation d’aide, connaissance de soi, etc.) Monter des outils pour repérer les élèves ayant des difficultés relatives à leur orientation : indécision, absence de but vocationnel, dysfonctionnement aux études, etc.). Rencontrer et suivre ces élèves. Travailler avec les départements et les autres professionnels à la proposition de projets d’encadrement et d’aide à la réussite. Suivi individualisé de tous les élèves de la session «Accueil et intégration» et de la session de transition et ce, du traitement de la demande d’admission jusqu’au changement de programme et à l’inscription dans un programme spécifique. Organisation d’activités spécifiques en collaboration avec les départements et les autres services : accueil des nouveaux, ateliers carrière, ateliers sur le calcul et l’importance de la côte R, etc. Toutes autres activités et/ou rencontres individuelles ou de groupes en lien avec l’orientation et l’information scolaire et professionnelle. Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir leur curriculum vitae au plus tard le 7 novembre 2008, 16h00, à : Madame Christiane Dionne Coordonnatrice Service des ressources humaines
emploi@claurendeau.qc.ca Pour une description complète, voir le site http://www.claurendeau.qc.ca/ sous la rubrique Emploi. Conseillère ou conseiller en information scolaire et professionnelle


Info collégiale
Les cégépiens travaillent trop!
La grande majorité des élèves (79 %) bossent d'abord pour accroître leur autonomie financière. Exit le mythe du cégépien paresseux! Les jeunes d'aujourd'hui n'ont, au contraire, jamais autant travaillé : 72 % des cégépiens ont un boulot. Et ce n'est pas tout : un jeune sur quatre travaille plus de 20 heures par semaine, compromettant ainsi ses chances de réussir à l'école. Le sociologue Jacques Roy tire la sonnette d'alarme. Dans son nouvel essai lancé aujourd'hui, le chercheur braque les projecteurs sur cette génération qui sacrifie son éducation sur l'autel du marché de l'emploi. L'ouvrage Entre la classe et les Mcjobs : portrait d'une génération de cégépiens met en lumière un des changements les plus marquants chez les jeunes des années 2000 : depuis 1970, le nombre de cégépiens qui conjuguent études et boulot a presque... quadruplé, passant de 20 % à 72 %, et ce, autant chez les filles que chez les garçons. Selon une enquête réalisée par M. Roy et son équipe auprès de 1729 élèves, les cégépiens consacrent même plus d'heures au travail (17 heures en moyenne) qu'à l'étude à la maison (12 heures). «C'est majeur, lance Jacques Roy. Comme société, on est en train de manquer le bateau!» À petites doses, le travail ne nuit pas nécessairement à la réussite scolaire, précise-t-il. Ce n'est pas parce qu'un élève travaille quelques heures par semaine qu'il ne passera pas sa session. Mais à partir de 20 heures par semaine, «la lumière rouge commence à allumer». La moyenne scolaire de ces étudiants est alors nettement à la baisse. Selon la même enquête, 27 % des cégépiens consacrent 20 heures et plus à un emploi, tout au long de l'année scolaire. Et la grande majorité occupent un emploi qui n'a absolument rien à voir avec leur formation au cégep. Pourtant, la réussite scolaire et les études arrivent assez haut dans l'échelle de valeurs des cégépiens interrogés (septième rang), devant le travail, qui occupe le 13e rang. En tête de liste, le respect, l'honnêteté, la famille, l'amitié et l'amour. À bout de souffle entre le boulot au resto et les cours de philo, un élève peut rapidement devenir surchargé et fatigué, ajoute M. Roy. D'ailleurs, 56 % des jeunes interrogés ont affirmé se sentir stressés. «Le stress fait partie intégrante du quotidien des cégépiens», indique le chercheur. Pour la grande majorité des élèves, travailler reste un choix : seulement 15 % occupent un boulot pour payer le loyer, l'épicerie ou les factures d'électricité. La grande majorité (79 %) bossent d'abord pour accroître leur autonomie financière. «Ils travaillent beaucoup plus pour se donner un meilleur confort», explique Jacques Roy. Sorties entre amis, téléphone cellulaire, vêtements dernier cri... «Tout ça se passe dans une inconscience collective, dans un certain laisser-aller. C'est comme si les gens avaient démissionné», déplore-t-il. Selon le professeur du Cégep de Sainte-Foy, c'est toute la société qui est à blâmer. L'éducation doit redevenir une priorité. Les employeurs doivent faire comprendre aux jeunes que les études doivent passer avant le boulot. Les parents et les cégeps doivent aussi marteler le même message. «Il y a des cégeps qui ont commencé à modifier leurs horaires en fonction de l'emploi des élèves. Or, ça envoie un message pervers, comme si l'éducation était moins importante que l'économie marchande. Mais pourtant, la première job d'un cégépien, c'est d'étudier!» dit-il. Selon lui, le Québec est mûr pour un grand débat de fond sur l'éducation des jeunes, afin d'éviter d'hypothéquer toute une génération alors que l'avenir est à l'économie du savoir et aux emplois spécialisés. www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/21/01-31598-les-cegepiens-travaillent-trop.php

Même au cégep, l'appui parental est déterminant Au cégep, plusieurs parents interviennent peu dans la vie scolaire de leurs enfants, voulant respecter leur désir d'autonomie. Mais même une fois qu'ils sont adultes, l'appui des parents peut être déterminant. Selon l'enquête réalisée par le sociologue Jacques Roy, les parents sont très présents dans la vie des cégépiens interrogés : 72 % vivent toujours dans la maison familiale et la majorité se disent encouragés par leurs parents à poursuivre leurs études. D'ailleurs, 70 % ont droit à un soutien financier pour payer l'inscription ou les manuels scolaires. Pour M. Roy, soutien parental et réussite scolaire vont de pair. Les jeunes qui peuvent compter sur leurs parents ont en général de meilleures notes, ne travaillent pas 25 heures et plus par semaine, se sentent moins déprimés et persévèrent davantage dans leurs études. «Le lien avec la réussite scolaire est très grand, mais il s'agit d'une réalité invisible. Les médias n'en parlent pas. Plusieurs parents pensent que lorsqu'un jeune a 18 ans, il faut le laisser faire. Mais on commence à peine dans le réseau collégial à voir comment les parents peuvent mettre l'épaule à la roue. Il n'y a pas encore de modèle, au cégep. Le soutien parental fait rarement partie des plans d'intervention pour la réussite scolaire», dit-il. Et pourtant... Même au cégep, les parents peuvent faire la différence, conclut le chercheur. www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/21/01-31599-meme-au-cegep-lappui-parental-est-determinant.php Décrochage scolaire: le modèle Alma www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/25/01-32940-decrochage-scolaire-le-modele-alma.php

Mettre les profs dans le coup pour contrer le décrochage www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/25/01-32942-mettre-les-profs-dans-le-coup-pour-contrer-le-decrochage.php

Décrocher en sixième année www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/24/01-32734-decrocher-en-sixieme-annee.php

Un décrocheur coûte 500 000$ www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/24/01-32717-un-decrocheur-coute-500-000.php

Travail et études collégiales: à chaque étudiant sa raison www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/22/01-32005-travail-et-etudes-collegiales-a-chaque-etudiant-sa-raison.php

Les cégeps doivent être moins tolérants, selon le président de la Fédération www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/22/01-32003-les-cegeps-doivent-etre-moins-tolerants-selon-le-president-de-la-federation.php

Le Collège des annonceurs radio télévision ferme ses portes Jusqu'au printemps, le CART offrait une formation de 80 heures à quiconque voulait perfectionner l'art de parler devant un micro : professionnels de la communication, conférenciers, enseignants. Le Collège des annonceurs radio télévision (CART), une petite institution de Québec qui venait de fêter ses 50 ans, ferme ses portes. La naissance du Collège radio télévision de Québec (CRTQ), en 1989, a porté un dur coup au CART. Avec ses 800 heures de cours et son attestation d'études collégiales, c'est le CRTQ qui a maintenant la faveur des jeunes qui aspirent à une carrière radiophonique. «Mais c'est toujours triste de perdre un joueur dans le monde de la communication, parce qu'aujourd'hui, le français oral des jeunes qui arrivent dans le métier n'est pas à la hauteur», soutient Christian Lavoie, directeur du CRTQ www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/10/01-28525-le-college-des-annonceurs-radio-television-ferme-ses-portes.php

Formation en génie civil au Cégep de Rivière-du-Loup Afin de répondre aux besoins de main-d’œuvre manifestés par les entreprises de la région, le Service de la formation continue du Cégep de Rivière-du-Loup offrira, à compter du 8 décembre prochain, un programme d’attestation d’études collégiales (AEC) en génie civil. En effet, des investissements majeurs seront consacrés à la réfection et à la construction de nos routes et de nos infrastructures municipales au cours des prochaines années. Cependant, le nombre de travailleurs qualifiés en génie civil suffit à peine à répondre aux besoins actuels de main-d’œuvre. Intitulé Inspection et contrôle de qualité des ouvrages routiers et municipaux, ce programme sera dispensé dans le cadre d’une entente avec le Cégep de Rimouski. Le programme compte 1 260 heures réparties en deux sessions : la première débute le 8 décembre pour se terminer à la fin de mai 2009. La deuxième session se tiendra à l’hiver 2010. Chaque session sera suivie d’un stage de trois semaines. Cette organisation permettra aux étudiants d’occuper des emplois pendant l’été et l’automne. Les cours dispensés seront notamment : mathématiques, topométrie, analyse de sols et de matériaux, dessin, plans et devis, infrastructures routières et infrastructures municipales, etc. Enfin, on pourra retrouver nos diplômés dans des laboratoires de tests, des entreprises de construction, les fabricants de béton et d’enrobés bitumineux, les municipalités, les MRC, etc. www.ameqenligne.com/nouvelle_detail.asp?ID=99457&B=1

Pénurie de pilote à l'horizon
Plus de 18 500 personnes travaillent dans l'industrie du transport aérien au Québec. Il s'agit de pilotes, bien entendu, mais aussi de mécaniciens, de techniciens et de contrôleurs aériens. À l'heure actuelle, le tiers de ces travailleurs sont âgés de 45 ans et plus. Il faut donc s'attendre à une importante vague de retraites au cours des 15 prochaines années. La situation est particulièrement sérieuse pour les pilotes et les mécaniciens. « Au Québec, on ne forme que 150 pilotes professionnels d'avion et d'hélicoptère par année, a affirmé M. McKenna. C'est nettement insuffisant pour répondre à la demande. En outre, il y a parmi eux de nombreux étudiants étrangers qui retournent chez eux après leur formation. » Plusieurs facteurs expliquent le peu de popularité de la profession de pilotes, notamment le coût de la formation: on parle de 45 000 $ pour les pilotes d'avion et 65 000 $ pour les pilotes d'hélicoptère. Mais il y a aussi la question des conditions de travail, particulièrement difficiles pour les jeunes pilotes qui doivent accumuler des heures de vol pour accéder aux emplois les plus convoités. Ils se retrouvent invariablement avec les horaires les moins attrayants, ils doivent être disponibles sept jours sur sept, 24 heures sur 24. « C'est glamour, porter un uniforme, mais après six mois, beaucoup lâchent à cause des conditions de travail », a dit Guy Bissonnette, du syndicat des Teamsters. La traversée du désert peut être particulièrement longue. Le jeune pilote termine sa formation avec 200 heures de vol. Il lui faudra accumuler 1300 heures de plus pour obtenir une licence de pilote de ligne. www.monemploi.com/mon_emploi/actualites/penurie-pilote-horizon-8264.html

Mines : Fermetures, ouvertures et délais
L'Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du- Québec vont voir la mort de huit mines d'ici deux ans, dont les mines Doyon, Beaufor, Kiena et Mouska. En remplacement, une vingtaine de nouvelles mines devaient voir le jour entre 2009 et 2011 dans la région, en raison de l'augmentation du prix des métaux et de l'intense exploration qui en a suivi. Parmi celles-ci on retrouve les sites Lapa et La Ronde 2 d'Agnico-Eagle, Canadian Malartic d'Osisko exploration et Westwood d'IAM Gold. Cependant, la situation économique actuelle et le prix des métaux à la baisse forcent les compagnies à ralentir l'exploration. Le projet Rivière Magusi de First Metal, par exemple, ne verra pas le jour l'an prochain comme prévu. Cela devrait permettre de résorber la pénurie de personnel minier vécue présentement. www.radio-canada.ca/regions/abitibi/2008/10/23/002-mines-difficultes_n.shtml

Info universitaire
Résultats aux examens de l'École du Barreau du Québec - La Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke encore première! Les diplômés de la Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke se classent encore une fois premiers aux examens de l'École du Barreau du Québec, selon les résultats par faculté publiés récemment. Si l'on tient compte de tous les étudiants qui ont passé les examens du Barreau au cours de l'année 2007-2008, c'est-à-dire tant de ceux qui ont fait le programme court (sans cours préparatoires) que le programme allongé (avec cours préparatoires), le taux de réussite combiné des diplômés de Sherbrooke atteint 89,4 %. Ce haut pourcentage lui permet de se hisser en têtef du classement, et ce, pour une troisième année consécutive. Si l'on isole les deux programmes de l'École du Barreau, les diplômés des six facultés de droit excellent tous dans le programme court, leur taux de réussite se situant entre 86,6 % et 90,6 %. Sherbrooke figure dans ce cas au milieu du peloton. Toutefois, pour ce qui est du programme allongé, les taux de réussite varient entre 53,7 % et 90,5 %, et Sherbrooke y occupe la première position. Son taux de réussite est donc très supérieur à la moyenne des résultats obtenus par les finissants de l'ensemble des facultés. À noter que 56 % des étudiants de l'École étaient inscrits au programme court et 44 % au programme long. www.usherbrooke.ca/accueil/fr/accueil/nouvelles/nouvelles-details/article/2594/

Un frein à l'exode des cerveaux www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2008/10/20/004-NB-campagne_n.shtml

L'Institut de technologie agroalimentaire Entente avec l'Université Laval
www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2008/10/21/007-ita-laval.asp

Géologie Une «piste de danse» pour dinosaures découverte aux Etats-Unis www.canoe.com/techno/nouvelles/archives/2008/10/20081022-101129.html

Profs sans permis dans un cul-de-sac
Karyne Gamelin, 32 ans, enseigne l'anglais à la polyvalente Saint-Jérôme. Détentrice d'un bac en études anglaises, elle doit faire un deuxième bac en éducation pour avoir son brevet d'enseignement. Son problème? concordia refuse qu'elle fasse ses stages obligatoires dans ses propres classes. Pour contrer les pénuries de professeurs, le ministère de l'Éducation a délivré 342 autorisations provisoires d'enseigner depuis leur création, il y a deux ans, a appris La Presse. Gros hic: tous les gens qui les ont reçues ont dû s'engager à faire une formation en pédagogie. Or, bien des cours et stages ne se font que de jour, ce qui est incompatible avec le métier de prof. «C'est vraiment frustrant», dit Karyne Gamelin, qui enseigne l'anglais depuis quatre ans. Comme elle a fait un bac en études anglaises - et non pas en pédagogie - elle n'a pas de permis d'enseigner. Devant la pénurie, le ministère de l'Éducation lui a accordé une autorisation provisoire, à condition qu'elle fasse un bac en enseignement. Mme Gamelin a pris des cours le soir, à Concordia, mais elle sera bientôt bloquée. «Je dois faire quatre stages en enseignement, évidemment le jour», explique-t-elle. Concordia refuse qu'elle fasse ces stages dans ses propres classes, ce qui la force à démissionner de son poste pour aller les faire ailleurs, bénévolement. «C'est absurde et ça me scandalise, d'autant plus qu'on est plusieurs dans le même bateau», dénonce-t-elle. «Les étudiants savent dès le commencement qu'ils devront faire trois semestres à temps plein, de jour», se défend Dominic Martini, directeur général du Conseil de la formation des maîtres de Concordia. «Il faut faire des sacrifices», corrobore Spencer Boudreau, vice-doyen à la faculté d'éducation de McGill, où la formation est aussi offerte de jour. «Les universités ne sont pas adaptées à la réalité», tranche un prof détenteur d'un bac en sciences, qui enseigne cette matière sans permis depuis sept ans. Lui non plus n'arrive pas à finir sa formation en enseignement à l'UQAM, puisque plusieurs cours ne s'y donnent que de jour. «On jette facilement la pierre aux universités, réplique Marc Turgeon, doyen de la faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM. Comment se fait-il que l'employeur n'organise pas le contrat ou l'horaire de ces personnes pour faciliter la formation si on les apprécie?» Au ministère de l'Éducation, «on est conscients de tout ça, dit Stéphanie Tremblay, agente d'information au ministère de l'Éducation. On travaille de façon constante avec les établissements d'enseignement pour améliorer les façons de faire.» Il y a une lueur d'espoir: une nouvelle maîtrise menant au brevet d'enseignement a été créée, mais seulement pour les profs de français, de maths et de sciences et technologie. Offerte officieusement depuis l'automne conjointement par l'UQAM et l'Université de Montréal (elle sera officiellement lancée l'hiver prochain), elle a déjà attiré 40 candidats, qui suivent tous les cours le soir ou les fins de semaine. L'Université de Sherbrooke fait encore mieux en offrant cette maîtrise entièrement en ligne. C'est un vif succès: 250 profs sans permis s'y sont inscrits depuis 2007, beaucoup plus que prévu, selon Luc Guay, responsable de la nouvelle maîtrise à l'Université de Sherbrooke. Malheureusement pour Mme Gamelin, les professeurs d'anglais ne sont pas admis à cette maîtrise. «Nous sommes prêts à l'ouvrir aux autres disciplines, on sait qu'il y a une très forte demande», indique M. Guay, qui attend l'accord du ministère de l'Éducation. «Il y a peut-être une ouverture, on est en lien avec eux là-dessus», répond Stéphanie Tremblay, agente d'information au ministère de l'Éducation. Le temps presse pour Mme Gamelin. «C'est si difficile que ça me pousse à envisager une autre carrière», dit-elle. Les nouvelles autorisations provisoires d'enseigner Ministère De L'éducation, Source: Autorisations délivrées entre avril 2006 et janvier 2008 : 342 À des étudiants de 4e année du bac en enseignement: 164 ou 48%; À des profs de cégep prêts à enseigner au secondaire: 92 ou 27%; À des gens qui ont un bac dans une matière enseignée: 86 ou 26% Note: tous ces gens doivent terminer leur formation en pédagogie
www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200810/22/01-31657-profs-sans-permis-dans-un-cul-de-sac.php

Relance 2008 à l'Université de Sherbrooke
J'aimerais que vous transmettiez l'information jointe à ce message à vos abonnés de l'ACOC. Je crois que cette information saurait leur être utile. Pour toute question relativement à cette information, n'hésitez pas à me contacter. Merci de votre collaboration Michel Roy, responsable Service de psychologie et d'orientation Michel.Roy@USherbrooke.ca www.usherbrooke.ca/vie-etudiante/orientation/la-relance



Formation, documentation
Les palmarès des écoles n'améliorent pas la réussite
www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200810/21/01-31523-les-palmares-des-ecoles-nameliorent-pas-la-reussite.php

Front uni contre les palmarès des écoles www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/21/01-31626-front-uni-contre-les-palmares-des-ecoles.php

Enseignement postsecondaire: les provinces proposent une trêve www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200810/21/01-31281-enseignement-postsecondaire-les-provinces-proposent-une-treve.php

Pourquoi les palmarès des écoles se trompent-ils et nous trompent-ils ? A quelques jours de la publication du palmarès des écoles secondaires dans le magazine L'actualité et à la suite de la publication d'un nouveau palmarès dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec, le Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire (CRIRES) a ajouté sa voix, en conférence de presse, à la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), à la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) et à la Fédération des établissements d'enseignement privés (FEEP) pour dénoncer ces palmarès qui se trompent et trompent la population. Selon M. Marc-André Deniger, chercheur associé et ex-directeur du CRIRES qui regroupe 38 chercheurs se consacrant à l'étude de la réussite et de la persévérance scolaires, les palmarès des écoles secondaires sont basés sur des observations incomplètes, parfois subjectives, par l'Institut Fraser et l'Institut économique de Montréal (IEDM). Or, M. Deniger a tenu à préciser que "ces organismes ont comme mission de promouvoir, chez les gens, l'idée que le libre marché dans les différents domaines de la vie sociale est la seule approche afin d'améliorer l'économie d'un pays. Cette position est remise en question par le lauréat du Prix Nobel d'économie de 2008, Paul Krugman, professeur à la prestigieuse université Princeton aux Etats-Unis, qui estime que cette approche du libre marché a des limites certaines dans des domaines comme l'éducation." Le Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire déplore que l'Institut Fraser et l'Institut économique de Montréal considèrent que l'éducation primaire et secondaire est un bien de consommation au même titre que les voitures, les appareils ménagers ou les restaurants. "Les parents sont considérés comme des acheteurs qui ont le droit d'être informés afin de mieux choisir le produit qu'ils vont acheter. Cette manière de voir est erronée pour plusieurs raisons et peut même causer des préjudices certains", selon M. Deniger. Le CRIRES rappelle que ces palmarès n'ont pas permis d'augmenter la réussite ou d'accroître la persévérance scolaires au cours des dernières années. De plus, ils entraînent la démotivation du personnel et des élèves, la culpabilité et le doute des parents, en plus de véhiculer une image faussée de l'éducation publique et de sous-estimer la qualité des écoles. "La mise en rang des écoles par des palmarès n'a aucun effet bénéfique sur la réussite scolaire des jeunes", d'ajouter le chercheur associé du CRIRES. Pour M. Deniger, l'éducation est un phénomène très complexe dont la qualité est influencée par différents facteurs. Certains de ceux-ci relèvent de l'école, mais plusieurs d'entre eux lui sont externes, notamment le niveau socioéconomique des familles, le niveau de scolarité des parents et le niveau de préparation des enfants avant leur arrivée à l'école. "Ainsi, les palmarès des écoles secondaires induisent les parents et la population en erreur sur la qualité de nos écoles et des personnes qui y oeuvrent au quotidien. Cela est d'autant plus vrai que les élèves des écoles du Québec, tant publiques que privées, se classent parmi les meilleurs au monde dans les tests internationaux mesurant les compétences acquises dans les matières de base", a-t-il ajouté. L'heure est à la promotion de la persévérance et de la réussite scolaires pour tous les jeunes du Québec. "Au lieu de mettre en opposition les écoles, tant publiques que privées, comme le font les palmarès, il est temps de valoriser les forces de notre système d'éducation dans son ensemble tout en continuant à l'améliorer, car c'est ce qui permettra vraiment d'atteindre une plus grande réussite pour tous les jeunes. Il faut en faire une priorité nationale", de conclure M. Deniger, un objectif que partagent entièrement les présidents de la CSQ, de la FCSQ, de la FCPQ et de la FEEP. Veuillez noter qu'il s'agira de la seule réaction de ces organismes au Palmarès des écoles. www.csq.qc.net/index.cfm/2,0,1676,9656,2323,0,html?action=display&BoxID=14302&LangID=2&KindID=2&complete=yes

Chantal Cimo, la fille derrière les artistes
Ce qui fait vibrer l'agente d'artistes et fondatrice de Pla'c'art, Chantal Cimon, c'est le contact avec le monde. À la fin de l'été 2007, Chantal Cimon était rendue à bout de souffle. Son entreprise, Pla'c'art, roulait à plein régime. Trop vite à son goût. «Je me disais c'est maintenant que ça passe ou que ça casse», raconte l'agente d'artistes. Heureusement, Pla'c'art (l'a­cro­­nyme de planification culturelle et artistique) a survécu à sa première crise de croissance. Toute seule dans son entreprise qui vend des spectacles d'une douzaine de compagnies de théâtre et de danse contemporaine de Québec, de Montréal et de Saguenay à des diffuseurs québécois, canadiens, nord-américains et européens et en déplacement une centaine de jours par année, elle n'arrivait plus à entretenir la flamme. Puis, deux bonnes nouvelles, tombées l'une après l'autre, lui donnent la tape dans le dos qu'elle attendait tellement. À l'occasion de la Bourse Rideau 2008, Pla'c'art reçoit le Prix du développement international de la Ville de Québec. Un honneur accompagné d'une bourse de 5000 $ qui permettra à la jeune femme de 31 ans de se rendre à Limoges, en France, pour participer aux Francophonies en Limousin, un rendez-vous couru par les artistes et les diffuseurs. Au même moment, le Conseil des arts du Canada accorde à Pla'c'art une subvention de 20 000 $ dans le cadre du programme de soutien aux agents de développement. «Ça m'a permis d'embaucher une employée à temps partiel.» Ouf! Chantal Cimon pourrait enfin respirer et se déplacer un peu partout pour «vendre» ses clients sans se casser la tête avec tous les tracas administratifs et les centaines de messages laissés dans la boîte vocale. Elle envisage, aujourd'hui, le jour où elle pourra embaucher une ressource à plein temps et, éventuellement, une agente de développement pour la seconder dans la préparation de matériel promotionnel, la planification d'activités de mise en marché et la représentation d'artistes. Depuis la création de son entreprise, en 2005, Chantal Cimon a toujours joué de prudence malgré la forte demande pour ses services. Au début, Pla'c'art ne représentait que trois compagnies. L'année suivante, ce nombre doublait. «Je n'ai jamais eu à faire du démarchage pour recruter des clients. Il y a toujours une demande, à Québec, pour la représentation d'artistes. Et j'ai toujours su être au bon endroit au bon moment.» Détentrice d'un baccalauréat en administration des affaires, Chantal Cimon n'avait jamais pensé devenir agente d'artistes. Encore moins se lancer en affaires. Elle voulait faire de la gestion d'événements. Elle goûte à la profession d'agent d'artistes à Montréal au sein de la troupe de danse Cas Public. «C'est là où j'ai tout appris. De l'organisation de tournées aux demandes de subvention.» De retour à Québec, elle est engagée à temps partiel par la compagnie de théâtre Les Nuages en pantalon à titre de responsable du développement de la diffusion. D'autres entreprises culturelles, notamment le Théâtre de l'Aubergine et les Productions Strada, font appel à ses services. Accumulant les contrats, Chantal Cimon décide alors de fonder sa compagnie. Sous les conseils du Centre local de développement de Québec, elle élabore un plan d'affaires qui démontre qu'il y a un réel besoin pour une entreprise comme la sienne dans la capitale. «L'exercice m'a permis de réfléchir à ce que je voulais faire avec Pla'c'art, d'identifier les menaces et les opportunités et d'évaluer où sera l'entreprise dans cinq ans, dans ù0 ans.» Entreprise de services dont le chiffre d'affaires devrait atteindre 75 000 $ cette année, Pla'c'art n'a pas eu besoin d'une injection massive de billets verts pour voir le jour. «J'ai eu une bourse de 1750 $ du Fonds jeunes promoteurs et des prêts d'un peu plus de 4000 $ pour acheter un ordinateur, créer un logo et faire des cartes d'affaires.» Chantal Cimon n'en fait pas une priorité. Malgré l'éternelle course pour en arriver à joindre les deux bouts, elle nage en plein bonheur avec ses clients dont les talents ne demandent qu'à être connus et apprécié du grand public. www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/200810/21/01-31608-chantal-cimo-la-fille-derriere-les-artistes.php

Le fossé continue de se creuser entre riches et pauvres www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/200810/21/01-31509-le-fosse-continue-de-se-creuser-entre-riches-et-pauvres.php

Le public en tête d'un nouveau palmarès des écoles secondaires www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/200810/23/01-32292-le-public-en-tete-dun-nouveau-palmares-des-ecoles-secondaires.php

À diffuser auprès de jeunes adultes en recherche d’un stage! DÉPARTS EN JANVIER ET MAI 2009 L’Éco-stage est un nouveau programme en environnement et en développement durable qui vise à favoriser le développement professionnel et personnel des diplômés de niveau collégial et des étudiants universitaires (18-30 ans). Ce programme de service volontaire et d’apprentissage axé sur l’éco-citoyenneté leur permet de : Être confronté(e) aux problématiques environnementales dans diverses régions du Québec; Acquérir une expérience professionnelle dans le domaine de l’environnement et développer un portfolio; Élaborer un projet collectif à l’intention de leur communauté d’accueil; Mettre en pratique des principes d’éco-citoyenneté et partager leur quotidien avec d’autres stagiaires qui ont à cœur le développement durable. PASSEZ LE MOT! Placardez les affiches Éco-stage ci-jointes dans votre institution! Pour plus d’information, n’hésitez à communiquer directement avec Alexandre Crombez info@ecostage.qc.ca Visitez le site web http://www.ecostage.qc.ca/


---------------------------------------------------------------------
Documents sur l'admission universitaire
Le guide d'admission universitaire au trimestre d'hiver 2009 est maintenant en ligne
www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Raymond Jean, c.o.

À noter à votre agenda
Comité organisateur du 8e Congrès 2009 de l'ACOC: 20-21-22 mai à l'université de Sherbrooke www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810 Diaporama (album) du 7e congrès à Moncton www.flickr.com/photos/10892802@N08/sets/72157605167634050/show Une partie des photos sont aussi sur le site du Bulletin http://www.quelquechosedelacoc.blogspot.com/ Vous pouvez transmettre des documents reçus à la suite d’une conférence, peu importe le colloque ou congrès, ou un lien Internet à acoc@videotron.ca

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire général de l'ACOC
ACOC@videotron.ca


Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :


Les modalités d'inscription au bulletin sont mentionnées sur le site http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2006/08/v-5-no-1-modalits-dinscription-au.html

21 octobre 2008

V 7 No 10: Inscription Carrefour de l'orientation

Le temps des couleurs et des oies


Annoncez sur le site de l'ordre vos activités qui auront lieu autour de cette semaine www.occoppq.qc.ca/co_semaine/index2008.asp

Inscription au Carrefour de l’Orientation : Le raisonnement clinique : un moyen pour adapter nos interventions aux besoins de clientèles vulnérables avec Alain Dubois, c.o. Résumé: http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2008/10/v-7-no-8-programme-du-prochain.html S.V.P. veuillez vous inscrire rapidement par courriel afin de faciliter l'organisation (maximum de 30 personnes par groupe). Les modalités de la journée ne seront communiquées qu’aux personnes inscrites.

Pour la région de Montréal : le vendredi 21 novembre 2008 en avant-midi au Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption http://collanaud.qc.ca/college-l-assomption . Envoyer un courriel à l'adresse nathalie.lessard@collanaud.qc.ca en mentionnant votre nom et lieu de travail (frais pour l'organisation du Carrefour de l’orientation: chèque de 40$ au nom de l'ACOC payable sur place). En après-midi, M. Réjean Drolet, chargé de recherche principal à la CRÉPUQ, et Mme France Myette, registraire de l'Université de Sherbrooke et membre du sous-comité des Registraires de la CREPUQ (mandat d'apporter des modifications sur la Cote R pour l'admission de l'automne 2009 www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/CRC-FAQ-aout08.pdf ) aborderont les points suivants : présenter les nouveautés de la Cote R, répondre à nos questions et échanger sur des situations que nous pourrions rencontrer, bref des études de cas !


Pour la région de Québec: le mercredi 26 novembre 2008 en avant-midi au campus Lévis de l’UQAR www.uqar.uquebec.ca/campuslevis/index.asp. Envoyer un courriel à l'adresse acoc@videotron.ca en mentionnant votre nom et lieu de travail (frais pour l'organisation du Carrefour de l’orientation: chèque de 40$ au nom de l'ACOC payable sur place). Nous passerons l'après-midi avec les représentants des deux campus de l’UQAR qui nous recevront pour le dîner (programme de l’après-midi et invitation de l'UQAR à venir). Un rappel: le lendemain est la journée des partenaires de l’université Laval.

Info collégiale
Conditions d'admission depuis l'automne 2007 (sur le nouveau site Web du SRACQ) Pour être admis à un programme conduisant à l'obtention d'un diplôme d'études collégiales (DEC), le candidat doit répondre aux trois exigences suivantes :
1. Être diplômé à l'ordre secondaire en respectant une des situations suivantes :
A) Le candidat a obtenu un diplôme d'études secondaires (DES) au secteur des jeunes ou au secteur des adultes Remarque : Le Ministère est présentement à élaborer diverses mesures de mise à niveau (reprise de cours au secondaire, mesure d'appoint en mathématiques, inscription obligatoire en session d'accueil et d'intégration, etc.) pour les élèves ne respectant pas toutes les conditions actuellement requises pour l'obtention du DES. Des précisions seront disponibles sur notre site web dès que le Ministère aura complété ses travaux.
B) Le candidat a obtenu son diplôme d'études professionnelles (DEP) et a réussi les matières suivantes : Langue d'enseignement de la 5e secondaire Langue seconde de la 5e secondaire Mathématique de la 4e secondaire
C) Le candidat dont la formation est jugée équivalente par le collège :
2. Satisfaire, le cas échéant, aux conditions particulières d'admission établies par le ministre, lesquelles précisent les cours préalables au programme.
3. Satisfaire, le cas échéant, aux conditions particulières d'admission établies par le collège pour chacun de ses programmes www.sracq.qc.ca/guide/info/guide1.asp

Nouveautés liées au RREC, à Charlemagne et au calcul de la CRC par programme – nouvelle de Socrate le 16/10/2008 au MÉLS. La mise en application du nouveau RREC et l’arrivée de Charlemagne provoquent des changements dans Socrate, changements qui surviendront dans les prochains mois. Socrate est le nom qui a été choisi pour désigner le projet de développement du nouveau système de gestion des données d'élèves au collégial. Charlemagne est le nouveau système du MÉLS pour la collecte des données des élèves du préscolaire, primaire et secondaire qui sera en vigueur dès l'année scolaire 2008-2009. De plus, la nouvelle CRC par programme annoncée pour les demandes d’admission universitaire de l’automne 2009 deviendra disponible en novembre. Voici la liste des changements : Deux nouvelles valeurs pour la condition d’admission au programme transmise sur l’inscription au programme (IPR) pour les programmes de DEC : ·CND (conditionnelle), pour un élève n’ayant pas accumulé les unités requises pour l’obtention du DES (article 2.3 du RREC); ·SUF (suffisante), pour un élève qui possède une formation et une expérience jugées suffisantes (article 2.2 du RREC). Deux nouvelles situations spécifiques ont été créées pour permettre au collège d’identifier les cours de mise à niveau ou les cours manquants : Élève admis sous condition; Activités de mise à niveau obligatoires. Un nouveau champ Type de situation spécifique permet de préciser la matière impliquée au secondaire. Les valeurs possibles sont : HISTDE4 Histoire de 4e sec. LANENS5 Langue d’enseignement de 5e sec. LANSEC5 Langue seconde de 5e sec. MATDE4 Mathématiques de 4e sec. SCPHDE4 Sciences physiques de 4e sec. AUTRE Autre cours (pour la valeur CND seulement). Le calcul de la CRC par programme sera rendu disponible. Ces modifications ayant eu lieu le 30 avril 2008. Seules de nouvelles colonnes seront alimentées. Cote de rendement au collégial : affichera dorénavant la CRC par programme.

Outil supplémentaire du SRACQ pour appuyer votre mission d’information scolaire auprès des élèves du secondaire. Vous trouverez des commentaires (dans la partie blanche) venant étoffer le contenu de certaines diapositives www.sracq.qc.ca/etudes_collegiales.ppt Vous pourrez enregistrer ce document sur votre bureau. Marc Viens Directeur adjoint au SRACQ Ginette Alain ginette_alain@sracq.qc.ca Préposée à l'accueil et aux publications

Journée annuelle d’admission en formation professionnelle 03-12 Le groupe de travail sur l’admission en formation professionnelle pour les régions 03-12, avec l’appui de la Direction régionale de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, a le plaisir de vous inviter à la Journée annuelle d’admission en formation professionnelle. Cette journée aura lieu le mercredi 19 novembre 2008, à l’hôtel Plaza situé au 3031 boulevard Laurier, Québec. Cette journée s’annonce à nouveau très intéressante pour les personnes désireuses de s’outiller en prévision de la prochaine période d’admission en formation professionnelle. Outre la conférence d’ouverture donnée par M. Richard Cloutier, professeur associé à l’École de psychologie de l’Université Laval, les participantes et participants pourront s’inscrire à l’un ou l’autre des ateliers qui leur seront offerts en avant-midi et en après-midi. De plus, elles pourront obtenir toute l’information pertinente sur l’offre de services en formation professionnelle des commissions scolaires des régions 03-12 dans le cadre d’un salon des exposants qui se déroulera après les ateliers de l’après-midi. Nous comptons sur votre présence pour faire de cette journée un franc succès. Un formulaire d’inscription est disponible à cet effet. Nous vous invitons à le retourner par télécopieur : 418 682-2797 ou en recevoir un par courriel : giguere.lucie@cscapitale.qc.ca Programme Conférence d'ouverture « En quoi les ados actuels sont-ils différents ? » Richard Cloutier, Ph.D. Ateleirs offerts une fois en avant-midi et deux fois en après-midi : 1-Stratégie régionale de main-d’œuvre dans le secteur de la santé (collaboration des Agences de la santé et des services sociaux des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches). 2-Les perspectives d’emploi dans les secteurs de la fabrication mécanique et de la métallurgie (Pierre Jacques, comité sectoriel de la main-d’œuvre en fabrication métallique industrielle). 3-L’alternance travail études en formation professionnelle (Francine Ferland, directrice adjointe, C.F.P. de Limoilou). 4-Le « Pacte pour l’emploi » et le plan d’action « Éducation, emploi et productivité » (Ressources Emploi-Québec et M.E.L.S.). 5-Les compétences transversales en formation professionnelle (Francyne Lavoie et Hervé-Jean Gouin). 6-Parcours de continuité en formation professionnelle et technique (Carole Arsenault, André G. Poulin et Odette Trépanier). 7-La formation en ligne, 3 modèles en application : dessin de bâtiment, dessin industriel et secrétariat juridique. Salon des exposants.


«Joliette a le potentiel d'une grande cité éducative !» Bernard Lachance sera, le 6 octobre, le conférencier invité de la Chambre de commerce du Grand Joliette. Il est ici en compagnie de la présidente du conseil d'administration du Cégep régional de Lanaudière, Lorraine Dépelteau et, à droite, de Jocelyne Saint-André et Dominique Cournoyer. (Photo le Journal) «Joliette a le potentiel d'une grande cité éducative !» Joliette a le potentiel nécessaire pour devenir une grande cité éducative. Le Cégep de Joliette a l'ambition d'intéresser encore plus d'étudiants hors région, d'autres pays même, à venir étudier ici en espérant qu'ils contribueront ensuite à notre développement économique. Cet objectif pourra être atteint dans un climat de partenariat. C'est ce qu'a indiqué mercredi le directeur général du Cégep régional de Lanaudière, Bernard Lachance, en déposant le plan d'action stratégique 2008-2013, fruit de plus de 60 consultations tous les niveaux de la maison d'enseignement. Le collège de la rue Saint-Charles, avec ses vieilles pierres datant du Séminaire de Joliette, constitue, a insisté M. Lachance, le navire amiral d'un réseau présent aussi à L'Assomption et à Terrebonne. Le Cégep régional de Lanaudière place encore l'étudiante, l'étudiant au cœur de ses priorités. Les valeurs qu'il met de l'avant sont la responsabilisation, le respect, l'ouverture, le partage et l'intégrité. «Nos étudiants, résume Bernard Lachance, sont magnifiques et pleins de potentiel.» Il a aussi, avec emphase, fait l'éloge des enseignants. Les trois constituantes ont vu leur clientèle augmenter même si les cégeps de la métropole courtisent les étudiants de Lanaudière Sud. À Joliette, la population étudiante est passée en 12 mois de 2 086 à 2 185 a signalé la présidente de notre constituante, Jocelyne Saint-André. Tout au long de l'entrevue, personne ne s'est plaint de budgets insuffisants. Au niveau des besoins exprimés au ministère de l'Éducation, «on vit de bonnes années», a résumé Bernard Lachance. www.laction.com/article-256671-Joliette-a-le-potentiel-dune-grande-cite-educative.html

Visionner la conférence S'orienter, un défi tout au long de la vie ! Des conseillers d’orientation vous parlent (vidéo dont notre collègue Roger Ouellet c.o. au cégep du Vieux Montréal) Pourquoi les consultez-vous? http://sqo.occoppq.qc.ca/VideoCO.aspx

Info universitaire
Conseiller aux futurs étudiants École Polytechnique temporaire temps plein jusqu'à la fin décembre 09 Toute personne intéressée à poser sa candidature à ce poste devra le faire en faisant parvenir son curriculum vitae au Service des ressources humaines avant le lundi 27 octobre 2008 à 16h30 Adresse électronique : srh-dotation@polymtl.ca Personne ressource Pauline Chevrette srh-dotation@polymtl.ca www.ameqenligne.com/detail_poste.asp?NoPoste=8655

Conseiller-Conseillière en ISEP SAE/Université de Montréal Centre de soutien aux études et développement de carrière/SAE/UdeM Conseille les étudiants et futurs étudiants dans leur cheminement scolaire et la planification de leur carrière. Participe au développement et à la mise à jour des documents et outils de travail du Centre d'ISEP. Formation : Bacalauréat en Développement de carrière ou en ISEP. Exigences : Avoit travaillé ou à tout le moins fait un stage en ISEP dans milieu universitaire ou collégial. Statut du poste: occasionnel-temps partiel Marche à Suivre : Faire parvenir votre C.V. ainsi qu'une lettre de présentation dans un seul fichier à l'adresse suivante: rejean.dumoulin@umontreal.ca Date Limite pour postuler : 2008-10-29

Une entente «historique» aux effets inusités. L'entente France-Québec sur la mobilité de la main-d'oeuvre, signée en grande pompe, aura un effet étonnant : il sera plus facile pour un diplômé français d'exercer sa profession au Québec que pour un diplômé provenant de l'Alberta ou d'une autre province. Lors d'une cérémonie au Salon rouge de l'Assemblée nationale, le premier ministre Jean Charest a qualifié cet accord d'«historique», un terme qu'a aussi utilisé le président Nicolas Sarkozy dans son discours au Salon bleu. Il élimine plusieurs obstacles à la reconnaissance des compétences professionnelles. En conférence de presse, la ministre des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, a reconnu que l'entente Charest-Sarkozy aura un impact plutôt inusité. Un Français pourra obtenir un permis pour exercer sa profession au Québec encore plus facilement qu'un Canadien d'une autre province. «C'est inadmissible qu'un Québécois ne puisse pas aller travailler partout au Canada et vice-versa, alors qu'on signe une entente avec la France», a-t-elle affirmé. C'est pourquoi le gouvernement entreprend des pourparlers avec les autres provinces en vue de conclure une entente semblable. Il en existe une, toutefois, entre le Québec et l'Ontario dans le secteur de la construction, a indiqué Mme Gagnon-Tremblay. Selon elle, l'entente permettra au Québec de remédier en partie à sa pénurie de main-d'oeuvre. Quelque 700 000 postes sont à pourvoir d'ici à 2011. La ministre ignore toutefois combien de postes pourraient être pourvus grâce à cette entente. Le Québec pourrait aussi perdre des travailleurs qualifiés, mais il ne sortira pas perdant, a-t-elle assuré. L'entente pourrait-elle entraîner un exode de travailleurs, comme des médecins, qui pourraient trouver de meilleures conditions de travail en France? «Ils peuvent peut-être gagner plus cher ailleurs. Mais nos grands espaces et la qualité de vie, je pense que c'est à prendre en considération», a répondu la ministre. Une centaine de professions : Selon l'entente signée hier, dont La Presse a révélé le contenu dès la semaine dernière, les compétences professionnelles seront reconnues dans des délais plus courts pour un peu plus d'une centaine de professions et de métiers réglementés, de la construction surtout. À l'heure actuelle, bien des travailleurs, même s'ils ont obtenu un visa et ou un permis de travail, se voient refuser le droit d'exercer leur profession. Pour obtenir ce droit, les ordres professionnels leur imposent une démarche souvent longue et coûteuse. Avec l'entente Charest-Sarkozy, un travailleur québécois ou français qui veut exercer sa profession outre-atlantique n'aura plus à retourner sur les bancs d'école. Une formation d'appoint -par exemple sur les règles déontologiques applicables dans le pays où il veut travailler- pourrait toutefois être exigée. Et avant d'obtenir un permis d'exercer, le demandeur devra suivre un stage rémunéré d'un ou plusieurs mois, selon la profession. Il pourrait ensuite être soumis à une évaluation. Les délais requis pour l'obtention d'un diplôme seront «réduits de 50% à 80%», estime Monique Gagnon-Tremblay. L'entente sera mise en application rapidement. Une vingtaine d'ordres professionnels et de représentants de métiers réglementés québécois ont signé hier avec leurs homologues français une déclaration d'engagement dans laquelle ils promettent de conclure un «arrangement de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles» au plus tard le 31 décembre 2009. D'ici décembre 2009 Liste des métiers et professions qui se sont engagés à conclure un arrangement au plus tard le 31 décembre 2009 : Architectes Arpenteurs-géomètres Avocats Comptables agréés Comptables généraux licenciés Dentistes Ingénieurs Médecins Vétérinaires Pharmaciens Sages-femmes Travailleurs sociaux Peintres Briqueteurs-maçons Charpentiers-menuisiers Serruriers de bâtiment Carreleurs Opérateurs d'équipements lourds Mécaniciens de machines fixes Mécaniciens de remontées mécaniques Opérateurs de pelles mécaniques Couvreurs Poseurs de revêtements souples www.cyberpresse.ca/actualites/200810/18/01-30552-une-entente-historique-aux-effets-inusites.php

Pénurie et tolérance
Les commissions scolaires ont embauché 115 enseignants sans permis l'an passé en Abitibi-Témiscamingue, car il est de plus en plus difficile de trouver des enseignants qualifiés au Québec, surtout en mathématiques et en anglais au secondaire. Les commissions scolaires engagent donc des diplômés sans formation en pédagogie, mais dont les compétences sont jugées suffisantes pour enseigner. « Bon an, mal an, au début de l'année, il y a des enseignants légalement qualifiés sur tous les postes. Mais en cours d'année, et ça commence à se dessiner au mois de novembre, là il y a des congés maternité, des congés maladie, et c'est là que malheureusement on n'a pas des bassins d'enseignants qualifiés pour remplacer ces profs-là », explique le directeur régional du ministère de l'Éducation, Marc Décarie. Selon le président du Syndicat de l'enseignement de l'Ungava et de l'Abitibi-Témiscamingue, Marc Nantel, ces personnes peuvent être choisies en fonction d'une multitude de critères, qui diffèrent d'une commission scolaire à l'autre. « Quand on parle d'évaluer la capacité, bien il y a quelques cas que l'on a remarqués qui sont beaucoup plus arbitraires. C'est là que nous on essaie de mettre un peu de pression au niveau des commissions scolaires, pour que ce soit plus encadré ou pour qu'il y ait des critères beaucoup plus spécifiques », dit-il. Au ministère de l'Éducation, on assure que tout est mis en place pour encadrer le mieux possible ces enseignants de passage. www.radio-canada.ca/regions/abitibi/2008/10/17/005-enseignants-permis_n.shtml

Que changera la nouvelle entente avec la France pour les infirmières ? La France continuera de refuser nos diplômées collégiales. Seules les universitaires sont admissibles. Des infirmières françaises, il en vient déjà au Québec. Que changera donc l'entente survenue hier? Ça facilitera les démarches, tout simplement, répond Gyslaine Desrosiers, présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Une fois qu'un accord de réciprocité aura été conclu entre les représentants de la profession des deux pays (ce qui pourrait prendre un an), les infirmières désirant tenter l'expérience n'auront plus à passer les examens de l'ordre professionnel du pays d'accueil. Repasser les examens coûte cher, et la démarche est fastidieuse pour celles qui sont sur le marché du travail depuis un certain temps, explique la présidente. Au Québec, elles passeront donc directement à l'étape du stage d'intégration. La province pourrait-elle être perdante dans l'échange, alors que la profession d'infirmière est l'une de celles les plus en pénurie ? «Aucun accord en soi n'est un incitatif à émigrer», dit-elle. Les gens émigrent pour des raisons personnelles, ou parce que les conditions de travail sont attrayantes. Au Québec donc d'être compétitif à cet égard. Il faut savoir d'autre part que la formation des infirmières françaises est plus longue qu'au Québec. La France refuse, et continuera de refuser, nos diplômées collégiales. Seules les universitaires sont admissibles, ce qui réduit d'autant le bassin de celles qui pourraient partir. Présentement, les infirmières françaises qui viennent au Québec ont en général l'intention d'y demeurer deux ans. Dans la pratique, près des deux tiers décident de rester pour de bon. La profession de sage-femme pourrait bien elle aussi tirer avantage de l'entente. «Nous en manquons cruellement», dit la présidente de l'Ordre des sages-femmes du Québec, Dominique Porret. Or, la formation des sages-femmes françaises leur permet déjà de venir pratiquer ici, alors que l'inverse n'est pas nécessairement vrai. Non pas que la formation québécoise soit moins bonne, mais parce que contrairement à leurs homologues françaises, les Québécoises ne travaillent pas dans les hôpitaux. «Nous avons fait le choix de ne pas axer la pratique sur la pathologie», souligne Mme Porret. Il manque présentement une vingtaine de sages-femmes au Québec, et ce, avant même que le gouvernement n'ait fait passer, comme il le souhaite le nombre de maisons de naissance de 10 à 21 d'ici 10 ans. Environ une dizaine de nouvelles diplômées sortent annuellement de l'Université du Québec à Trois-Rivières, où elles reçoivent une formation de quatre ans. www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/sante/200810/17/01-30466-que-changera-la-nouvelle-entente-avec-la-france-pour-les-infirmieres.php

Entente Québec-France sur la mobilité de la main-d’oeuvre : le gouvernement Charest frappe dans le mille selon le Conseil du patronat du Québec www.cpq.qc.ca/fr/index.php?id=31&content_id=224&year=2008

Entente -Qualifications professionnelles www.gouv.qc.ca/portail/quebec/international/france/immigration/emplois/qualifications_professionnelles/

Les futurs enseignants méritent d'être rémunérés Depuis 1992, la durée de la formation en enseignement est de 4 ans. Les étudiantes et les étudiants en éducation doivent faire une série de stages dans les classes avant d'obtenir du ministère leur brevet d'enseignement. Lors du dernier stage de la formation d'un maître, les étudiantes et étudiants sont appelés à faire le même travail qu'un professionnel de l'enseignement, soit la prise d'une charge complète. Ce stage leur demande ainsi 40 heures de présence en classe, en plus des 20 heures de préparation des cours, de correction des examens et de rencontres avec les parents. "Avec toutes ces heures à consacrer hebdomadairement au stage, alors que le stagiaire fait le travail d'un professeur à temps plein, il est impossible pour les futurs enseignantes et enseignants de s'assurer d'un revenu décent en travaillant en parallèle. Il faut rémunérer de façon adéquate les stagiaires qui participent pleinement à la formation des futures générations. Pour l'instant, trop nombreux sont les étudiantes et étudiants en éducation qui peinent à boucler leur fin de mois. Les préoccupations et le stress engendrés par le manque de ressources financières ne devraient pas venir troubler le travail des futurs enseignantes et enseignants auprès des élèves", a affirmé Maxime Tassé, président de l'Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM (ADEESE-UQAM). "Dans un article de Devoir, on a pu lire que la situation des futurs enseignants n'est pas rose. Les étudiants en éducation doivent bien souvent laisser tomber leur emploi pendant 12 semaines, ce qui représente 2200 $ de perte en plus d'acquitter les frais de scolarité. Il faut impérativement donner les moyens de leurs ambitions à ceux et celles qui supporteront le système d'éducation de demain. On paie bien pour la résidence des futurs médecins, les stages en droits sont plus souvent qu'autrement bien payés et c'est la même chose pour les ingénieurs. Malheureusement, en éducation, où les femmes sont traditionnellement plus représentées que dans ces professions libérales, tel n'est pas le cas", a déploré David Paradis président de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Chaque année, c'est plus de 3 500 futurs enseignantes et enseignants qui doivent sacrifier leur qualité de vie pendant 8 à 12 semaines afin de pouvoir exercer le métier qui forme la jeunesse québécoise. " Ce que nous réclamons, ce n'est pas le ciel, mais nous demandons au moins de rémunérer les stagiaires au salaire minimum lors de leur dernier stage. Une telle mesure couterait à l'Etat quelque 16M$; ce qui est peu afin que les stagiaires puissent se consacrer entièrement aux enfants et à leur apprentissage", a convenu M Paradis. Rappelons qu'un nouveau professeur sur cinq quitte l'enseignement dans les 5 premières années de pratique. "Les raisons de ces abandons sont nombreuses et l'endettement issu des études, qui affecte la condition financière des jeunes enseignants, y contribue. Ainsi, aider les futurs enseignants à compléter leurs études sans souci financier, c'est également les outiller pour affronter la transition vers le marché du travail", ont conclu MM. Paradis et Tassé. Depuis plus de 19 ans, la FEUQ représente les étudiantes et les étudiants universitaires du Québec. Composée de 15 associations membres et forte de plus de 120 000 membres, la FEUQ est le plus important groupe jeunesse au Québec. http://www.feuq.qc.ca/ Avec plus de 4700 membres, l'ADEESE-UQAM représente, depuis plus de 20 ans, les étudiantes et les étudiants qui constitueront près de 30% des futurs professeurs. http://www.adeese.org/ www.canadanewswire.ca/en/releases/archive/October2008/14/c5710.html

Diplômé de l’UQAR campus de Lévis, Michel Théberge dirige l’Hôtel-Dieu de Lévis C’est un diplômé de l’UQAR, M. Michel Théberge, qui a été nommé en mai dernier au poste important de directeur général de l’Hôtel-Dieu de Lévis. M. Théberge a obtenu en l’an 2000 un MBA suite à des études de 2e cycle au campus de Lévis. Il s’agit d’un programme de l’UQAM offert conjointement par l’UQAR à son campus de Lévis. Situé au cœur de Lévis, le Centre hospitalier affilié universitaire Hôtel-Dieu de Lévis (CHAU-HDL) embauche 2100 employés, notamment plusieurs infirmières qui ont fait des études à l’UQAR campus de Lévis. C’est le plus important établissement de santé sur la rive-sud de Québec. Natif de Rimouski, Michel Théberge a d’abord fait des études universitaires en pharmacie, à l’Université Laval. À la fin des années 1980, il travaillait déjà à la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Lévis, pour devenir ensuite chef du Département de pharmacie. «Je n’avais alors que 24 ans, dit-il, mais j’ai tout de suite été attiré par la gestion des ressources humaines, le développement, la planification, l’organisation. J’ai rapidement eu la piqûre pour prendre les commandes.» M. Théberge a aussi été, de 1996 à 1999, président du CMDP (Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHAU-HDL), qui regroupe plus de 200 membres. En 2000, il devient adjoint à la direction des services professionnels de l’hôpital, ayant alors la gestion de l’ensemble des dossiers administratifs en lien avec les médecins. www.uqar.qc.ca/uqar-info/1008/MichelTheberge.asp

62 cégépiens aux 24 heures ULaval
«C’est une expérience merveilleuse et unique qui rassure face à un milieu méconnu: l’université.» Jean Bouchard, étudiant au Cégep de Sainte-Foy, était parmi les 62 participants à la sixième édition des 24 heures ULaval. Cette épreuve d’endurance et de concentration offerte aux étudiantes et étudiants du niveau collégial s’est déroulée en fin de semaine dernière dans la cité universitaire. Les participants ont relevé le défi qui consistait à demeurer éveillé et actif tout au long de cette activité originale qui a commencé à 11 h, le samedi 4 octobre, au pavillon Charles-De Koninck, pour se terminer à 11 h le lendemain. Les étudiants provenaient de 28 collèges du Québec. Ils ont assisté à 12 cours de niveau universitaire donnés par 10 professeurs et 2 chargés de cours de l’Université dans des domaines aussi variés que le droit, l’administration, l’ergothérapie et la géomatique. Parmi les cours proposés, mentionnons Des aliments transformés: pourquoi?, Qu’est-ce que la violence? et Les cuivres pour les nuls. Les jeunes marathoniens du savoir ont également participé à 4 activités d’animation présentées par des étudiants de l’Université, soit une découverte du campus sous forme de rallye, une joute d’improvisation, un jeu sur la mondialisation et, enfin, un atelier sur la formation d’ingénieur et le danger de certains paradigmes dans le processus de créativité. Les 24 heures se sont terminées par une activité bilan. En majorité, les cégépiens ont mentionné en savoir un peu plus long sur ce qu’est la vie universitaire. Ils ont ensuite reçu une attestation officielle de participation. Les 24 heures ULaval ont pour objectifs de promouvoir les programmes d’études et la vie étudiante à Laval et de présenter l’Université sous un jour original et dynamique. www.aufil.ulaval.ca/articles/cegepiens-aux-heures-ulaval-10872.html

L'Avis psychologique : La motivation, une bête d'apparence indomptable. Notre collaboratrice Sophie Ménard, psychologue au Service aux étudiants de l'UQTR, vous propose cette semaine quelques trucs pour maintenir la motivation dans un contexte de réussite universitaire. «Au début, c'était un rêve et, plus tard, c'est devenu un objectif.», [après que j'aie] «réalisé que j'aimais la compétition, le plongeon et que j'avais un certain potentiel», Alexandre Despatie parlait ainsi de son rêve d'aller aux Jeux olympiques. Bienheureux les gens plein d'entrain, toujours prêts à entreprendre de nouvelles choses et surtout à les mener à bon port! Pourtant, il n'est pas facile dans le long parcours des études universitaires de conserver la flamme... Comment renverser la vapeur (avant le stress de fin de trimestre) et surtout comment mettre à votre service cette bête d'apparence indomptable, la motivation? La motivation universitaire, l'envie de mettre des énergies dans ses études se traduisant par des actions concrètes, ressemble pour certains aux résolutions du Nouvel An: elles ne durent que quelques jours ou quelques semaines. Lors des moments de découragement (normaux en soi), la poursuite du but que l'on s'était fixé peut être remise en question. Des indices de démotivation tels que des absences aux cours, une diminution des résultats, de la fatigue, de l'apathie, de la culpabilité, du découragement, de la frustration ou des difficultés cognitives comme la diminution de la concentration et de la mémorisation peuvent également se manifester. Attention ici, car ces symptômes sont également des symptômes communs de la dépression et de l'épuisement professionnel. S'ils sont présents dans plusieurs sphères de vie et durent depuis plus de deux semaines, une consultation est à envisager. Si les symptômes sont limités au travail, mais s'accompagnent d'une grande fatigue, il peut s'avérer utile de rencontrer un professionnel pour faire le point. Il faut d'abord savoir que la motivation implique une disponibilité physique et mentale à son projet d'étude et avoir un choix d'orientation approprié. Le degré de motivation est ensuite déterminé par la valeur que nous accordons à la tâche. Si un cours nous paraît inutile, il sera plus difficile d'en remplir les exigences! De plus, croire que j'ai de bonnes chances de réussir une activité sera plus motivant que si j'anticipe un échec. La perception de ma compétence est donc source de motivation (ou de démotivation), ainsi que la perception du contrôle que j'ai sur mes résultats. Si je crois que mes réussites sont reliées à mon talent ou à mon intelligence, bien que ces caractéristiques m'appartiennent, je n'ai que peu de contrôle sur elles. En cas d'échec, je suis plus vulnérable à m'avouer vaincu. Encore plus si je crois (plus ou moins consciemment) que les autres (colocs, professeurs, matière enseignée) sont responsables de mes succès ou de mes échecs. Il est donc important de relier ses succès à des facteurs sur lesquels nous avons du pouvoir: temps consacré à ses études, diminution des distractions, capacité à aller chercher de l'aide, etc. Comme le processus est long entre l'inscription à l'université, la diplomation et le travail rêvé, la capacité de retarder la satisfaction (l'atteinte de notre but) est nécessaire pour persévérer. Cependant, le rêve seul ne fait pas avancer. Il oriente l'action. Le but éloigné doit se découper en objectifs concrets et atteignables à court terme, au risque de voir le découragement s'installer devant l'ampleur de l'entreprise. Devenir ingénieur ou obtenir un «A» en didactique du français sont des buts vagues et ne vous assurent pas d'être en train de lire les pages 75 à 103 mardi et mercredi prochains. Si cette lecture vous est particulièrement pénible (peu motivante), il est alors temps de vous rappeler votre objectif à moyen ou long terme (acquérir les connaissances et habiletés, obtenir ce «A», recevoir votre diplôme, préparer votre carrière future, etc.). Une bonne façon d'alimenter votre motivation est de nourrir votre sentiment de compétence: soulignez vos succès, mesurez vos projets, rappelez-vous tout ce que vous avez appris. Voyez vos lacunes comme un état actuel et non permanent: avec les efforts et le temps, vous continuerez à développer votre compétence. Parfois, la motivation vient après l'action: sourire, même si on n'en a pas envie, rend de meilleure humeur… Alors, allez-y! http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=7666

Études universitaires: et si les frais variaient selon le programme? Les droits de scolarité devraient varier selon les programmes Vous voulez être médecin? Vous devrez payer. Mais écrivain? Alors, gardez vos sous: vous pourriez en avoir besoin plus tard. Une nouvelle étude obtenue par La Presse suggère que les droits de scolarité à l'université devraient varier en fonction des programmes d'études. Cette réforme permettrait de corriger en partie le sous-financement chronique des établissements postsecondaires de la province, sans compromettre l'accessibilité aux études. L'Institut économique de Montréal propose que les étudiants paient à partir de 2017 l'équivalent de 40% des coûts réels de leur formation. Ce sont donc les étudiants dont le domaine de formation nécessite des équipements de pointe ou des ressources humaines plus importantes qui verraient leur facture augmenter de la façon la plus marquée. Elle passerait de 1768 $ à 10 760 $ par trimestre pour un futur vétérinaire formé à l'Université de Montréal. À l'opposé, la facture d'un étudiant au baccalauréat en lettres serait réduite de 81$. À l'heure actuelle, les étudiants reçoivent tous la même facture, à quelques dollars près, même s'il coûte beaucoup plus cher de former un médecin qu'un avocat. Cette formule permettrait aux universités d'empocher 110 millions par année. Des études ont déjà démontré qu'il y a un lien direct entre la hausse des droits de scolarité et la baisse de la fréquentation universitaire. L'auteur de l'étude, Mathieu Laberge, affirme que ces liens ne s'appliquent pas en l'occurrence. «Près de la moitié des étudiants ne verront aucun changement à leur facture.» Quant aux autres, dit-il, ils seront amplement compensés par les salaires plus généreux associés à leur profession. «Les Québécois doivent prendre conscience du lien entre le coût et le rendement des études. La médecine aura un coût important, mais elle offre aussi un meilleur retour sur l'investissement.» Les problèmes de liquidité des étudiants seraient compensés par la mise en place d'un système de remboursement proportionnel au revenu, qui leur permettrait de ne payer leurs droits de scolarité qu'à la toute fin de leurs études et en fonction de leur salaire. M. Laberge propose que cette réforme entre progressivement en vigueur à partir de 2012. «C'est encore loin, mais il faut dès maintenant préparer le terrain; le statu quo n'est pas acceptable. Les universités québécoises accusent par rapport à leurs voisines du Canada et des États-Unis un sérieux retard en matière de financement, qui nuit à leur crédibilité sur la scène internationale.» Dans ces conditions, M. Laberge suggère même que les universités soient complètement libres de fixer leurs droits de scolarité après 2017 en fonction de la loi de l'offre et de la demande. Cette ouverture à la concurrence, qui s'attirera certainement les critiques des fédérations universitaires, permettrait aux universités d'augmenter à leur guise les droits de leurs programmes les mieux cotés, de façon à mieux financer les services offerts à tous les étudiants. www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200810/19/01-30916-les-droits-de-scolarite-devraient-varier-selon-les-programmes.php

Formation, documentation
L’école des victimes
En milieu scolaire, les enfants agressés par leurs pairs sont ceux qui sont agressifs depuis leur tout jeune âge. Aussitôt qu’ils sont assez âgés pour interagir socialement, certains enfants peuvent s’enfermer dans des modèles chroniques de victimisation par leurs pairs. Ainsi, l’agressivité engendrerait l’agressivité, selon une récente étude dirigée par Michel Boivin, professeur à l’École de psychologie et titulaire de la Chaire de Recherche du Canada sur le développement social de l’enfant. «Les enfants qui démontrent un taux d’agressivité élevé lorsqu’ils sont très jeunes, dont les parents utilisent des comportements punitifs élevés à leur endroit et ont des revenus familiaux insuffisants, apparaissent comme davantage susceptibles d’être la cible des comportements négatifs de la part des autres enfants, que ce soit physiquement ou verbalement», souligne Michel Boivin. Cette agressivité peut faire partie du caractère de l’enfant comme elle peut être la conséquence des comportements agressifs des parents envers leur enfant.» Pour les fins de cette étude qui fait ce mois-ci le sujet d’un article dans la revue Archives of General Psychiatry sous le titre Predictive Validity and Early Predictors of Peer-Victimization Trajectories in Preschool, les chercheurs ont étudié le comportement de 1 970 enfants nés au Québec entre octobre 1997 et juillet 1998, dont 51 % étaient de sexe masculin. Les enfants ont été évalués à huit reprises, de l’âge de 4 mois et demi à 7 ans. À chaque étape de l’évaluation, les mères devaient donner des renseignements sur le contexte familial, leurs propres conduites parentales, les corrections physiques infligées à l’enfant, ainsi que sur différents symptômes de malaises internes observables chez leur enfant comme la tristesse et l’anxiété. En première année du primaire, la victimisation des pairs était évaluée par les enseignants et les camarades de classe. «Les résultats nous montrent que les difficultés relationnelles vécues par l’enfant peuvent commencer dès la prime enfance, explique Michel Boivin. Au fil des années, la victimisation peut se stabiliser ou s’accroître et se poursuivre à l’école. Les conséquences potentiellement associées à une victimisation élevée et chronique sont multiples et incluent un sentiment de solitude, une faible estime de soi, des problèmes de santé, des difficultés scolaires et des idées suicidaires.» Trois différentes trajectoires de victimisation ont été identifiées par l’équipe de chercheurs : basse et croissante, modérée et croissante et enfin, élevée et chronique. Comme les chercheurs le prévoyaient, la plupart des enfants (71%) suivent une trajectoire basse et croissante, pendant que 25% et 4% des enfants vivent respectivement de la victimisation modérée et croissante et élevée et chronique. Par ailleurs, les enfants qui suivent la trajectoire modérée et croissante et élevée et chronique en bas âge ont aussi tendance à connaître des niveaux de victimisation les plus élevés lors de leur entrée à l’école. Selon Michel Boivin, l’une des solutions au problème de la victimisation passe par une intervention préventive auprès des parents et des enfants à risque, afin de les aider à surmonter leurs difficultés. «Il y a des enfants qui n’ont pas encore mis les pieds à l’école et qui ont déjà vécu des choses très difficiles au plan interpersonnel et dans leur famille, explique le chercheur. Si on veut contrer le phénomène de la victimisation et aider les enfants à s’en sortir, il faut intervenir tôt.» www.aufil.ulaval.ca/articles/ecole-des-victimes-10932.html

Le Canadien est-il une religion?
À l’hiver 2009, un cours de la Faculté de théologie et de sciences des religions se penchera sur le lien entre le hockey et la religion Du «démon blond» à «Jesus Price», les références religieuses abondent lorsqu’il est question du Canadien de Montréal. Du culte de la sainte Flanelle à celui de «Jesus Price» en passant par les fantômes du Forum, le Canadien de Montréal serait-il une religion? La question semble farfelue, mais Olivier Bauer, professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions, n’entend pas rigoler. Il a d’ailleurs bâti un cours sur ce lien étroit entre la religion catholique et l’équipe chérie des Montréalais, qu’il donnera au trimestre d’hiver. C’est en discutant avec Jean-Marc Barreau, prêtre, théologien et ceinture noire de judo, qu’il a décidé de prendre au sérieux cette prémisse, loufoque au premier abord. «On s’est dit que le centenaire du Canadien était une bonne occasion d’en parler», mentionne le théologien d’origine suisse. Amateur de hockey – il a gagné plusieurs médailles alors qu’il gardait les buts de l’équipe de l’Université de Neuchâtel –, Olivier Bauer avait déjà entendu parler du «démon blond» et du Tricolore lorsqu’il est arrivé au Québec. «J’avais obtenu pour un certain laps de temps le droit que mon club porte le maillot bleu, blanc, rouge du Canadien avec le CH sur le ventre. Pour moi, c’était l’équipe de référence. J’ai grandi avec cette idée de sainte Flanelle même si je ne savais pas très bien ce que ça voulait dire, raconte le professeur. Une fois à Montréal, je me suis rendu compte que c’était une expression mais aussi une réalité.» Il a remarqué que les allusions au fait religieux étaient partout: dans la bouche du «prophète» Ron Fournier et de ses «fidèles» auditeurs, dans celle des journalistes qui pigent dans le vocabulaire de l’Église, «inépuisable source de métaphores». «Jésus Price» est parfois le «sauveur» de l’équipe, alors qu’à d’autres moments il vit un «calvaire» et est «crucifié» dans son filet. Des expressions comme «Ils les ont eus dans l’eau bénite!» ou le «Temple» de la renommée sont également passées dans l’usage. «Il y a toute une mythologie qui se met en place autour du Canadien et de l’aspect religieux», constate M. Bauer, qui, avec le postdoctorant Jean-Marc Barreau, a rédigé un ouvrage sur le sujet grâce à des textes de sociologues et autres communicateurs (La religion du Canadien, à paraitre chez Fides en 2009). Ces liens entre la chose religieuse et le hockey sont-ils propres aux Habs? «Il y en a dans d’autres sports, mais ce n’est pas généralisé», croit Olivier Bauer. Lui-même a suivi la piste du baseball à titre de religion civile aux États-Unis, dans un contexte de protestantisme. D’autres chercheurs dans le monde se sont intéressés, entre autres, à la ferveur religieuse des clubs de soccer en Amérique latine et en Europe. M. Bauer reconnait qu’ici la passion est particulièrement ardente. «Il y a des gens qui vont à l’Oratoire pour prier les jours de match. Et Carey Price porte une croix derrière son masque de gardien», fait remarquer le professeur, qui, comme pasteur, a intégré le sport dans son travail paroissial. Qu’on soit «croyant» ou «athée», personne ne semble indifférent au phénomène du Canadien. «Certains y croient, d’autres s’opposent à cette religion des Habs, sans compter les experts et les analystes. Et il y a ceux que ça intéresse tout simplement, qui réfléchissent et posent la question», note Olivier Bauer en s’incluant dans la dernière catégorie. Le cours qu’il donnera cet hiver avec le professeur suisse invité Denis Müller, un éthicien et théologien spécialiste du soccer, se déploiera en trois «périodes». D’abord les reliques – des gens prétendent avoir été guéris après avoir touché le chandail de Maurice Richard – mais également les rites. Y a-t-il des parallèles à établir entre le déroulement d’une partie et la célébration d’une messe? Il est vrai que Mike Komisarek, par exemple, a son petit rituel: il se signe avant chaque match, rappelle M. Bauer. Une attitude de paix et de recueillement mais qui prend des allures de vœux pieux lorsque le joueur, le pied à peine posé sur la glace, se bagarre avec le premier venu. «On peut se demander s’il y a des valeurs dans le sport qui sont les mêmes dans la religion», dit le théologien, amateur de sport. La dernière période du cours abordera justement les questions pastorales. «Si le Canadien est une religion, en tant qu’acteurs de celle-ci, doit-on la combattre parce que c’est une forme d’idolâtrie ou doit-on plutôt l’utiliser en montrant que certaines valeurs transmises par le Canadien peuvent correspondre aux valeurs chrétiennes?» interroge Olivier Bauer. Certains aspects manquent toutefois au culte du Canadien pour qu’on le compare en tout point à la religion: hormis les fantômes du Forum, il n’y a pas de référence forte, immédiate ou explicite à une forme de transcendance. «Les objectifs ne sont pas les mêmes. Au hockey, on ne pousse pas les gens à prier, ce n’est pas comme ça qu’est conçu le sport», précise M. Bauer. Des liens sont en revanche à former avec notamment la religion civile, la religion populaire ou les quasi-religions. «Mais je ne vais pas vous donner les réponses, il faudra venir au cours, lance le professeur Bauer, tout sourire. Ceux qui aimeraient découvrir la théologie verront qu’il ne s’agit pas uniquement de réfléchir sur la Bible. On peut aussi traiter de sujets différents, comme le hockey.» http://nouvelles.umontreal.ca/content/view/1869/1/


---------------------------------------------------------------------
Documents sur l'admission universitaire
Le guide d'admission universitaire au trimestre d'hiver 2009 est maintenant en ligne
www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Raymond Jean, c.o.

À noter à votre agenda
Comité organisateur du 8e Congrès 2009 de l'ACOC: 20-21-22 mai à l'université de Sherbrooke www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810 Diaporama (album) du 7e congrès à Moncton www.flickr.com/photos/10892802@N08/sets/72157605167634050/show Une partie des photos sont aussi sur le site du Bulletin http://www.quelquechosedelacoc.blogspot.com/ Vous pouvez transmettre des documents reçus à la suite d’une conférence, peu importe le colloque ou congrès, ou un lien Internet à acoc@videotron.ca

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire général de l'ACOC
ACOC@videotron.ca

Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :

15 octobre 2008

V 7 No 9: Salons Éducation, Carrières et Emploi

Le temps des couleurs

Annoncez sur le site de l'ordre vos activités qui auront lieu autour de cette semaine www.occoppq.qc.ca/co_semaine/index2008.asp

Carrefour de l’Orientation : Le raisonnement clinique : un moyen pour adapter nos interventions aux besoins de clientèles vulnérables, le mercredi 26 novembre 2008 en avant-midi à l’UQAR campus de Lévis avec Alain Dubois, c.o. Résumé: http://quelquechosedelacoc.blogspot.com/2008/10/v-7-no-8-programme-du-prochain.html Nous prendrons les inscriptions prochainement afin de former un groupe de 30 personnes à l'adresse acoc@videotron.ca (frais de 40$; chèque au nom de l'ACOC payable sur place). Cette rencontre est jumelée avec les représentants des deux campus de l’UQAR en après-midi (qui nous recevront pour le dîner) et la journée des partenaires de l’université Laval le lendemain (27 novembre).

Le Carrefour de l'orientation aura lieu aussi dans la région de Montréal : les membres du collège Lanaudière (inscription à venir auprès de nathalie.lessard@collanaud.qc.ca; frais de 40$; chèque au nom de l'ACOC payable sur place) à l'Assomption nous recevront le 21 novembre pour le perfectionnement en avant-midi avec Alain Dubois. Le Carrefour à cet endroit sera jumelé en après-midi avec M. Réjean Drolet, chargé de recherche principal à la CRÉPUQ, et Mme France Myette, registraire de l'Université de Sherbrooke et membre du sous-comité des Registraires de la CREPUQ (mandat d'apporter des modifications sur la Cote R pour l'admission de l'automne 2009 www.crepuq.qc.ca/IMG/pdf/CRC-FAQ-aout08.pdf ) qui aborderont les point suivants : présenter les nouveautés de la Cote R, répondre à nos questions et échanger sur des situations que nous pourrions rencontrer, bref des études de cas !

Affichage d’un remplacement pour un ou une API du 3 novembre 2008 au 30 septembre 2009 au Cégep régional de Lanaudière à Joliette. L’affichage se termine le 15 octobre 2008. Tous les détails sont disponibles sur le site www.collanaud.qc.ca/centre-administratif/OffreEmploi.asp?#anc6 . Isabelle Croze c.o. isabelle.croze@collanaud.qc.ca

Conseillère ou conseiller en orientation Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu remplacement à temps partiel 0,80. Faire parvenir votre offre de services avant 16 heures, le vendredi 17 octobre 2008, au Service des ressources humaines (A-100) ou à l’adresse électronique suivante : ressources.humaines@cstjean.qc.ca Personne(s) ressource(s) Josée Tremblay resssources.humaines@cstjean.qc.ca www.ameqenligne.com/detail_poste.asp?NoPoste=8614

Conseillère ou conseiller en information scolaire et professionnelle Cégep de Saint-Laurent temps plein Les personnes intéressées doivent soumettre leur candidature accompagnée de leur curriculum vitae au plus tard le 16 octobre 2008 à l'adresse suivante en mentionnant le numéro de concours: Cégep de Saint-Laurent 625, avenue Sainte-Croix Montréal (Québec) H4L 3X7 Direction des ressources humaines Concours A08-P-19 Courriel:
resshum01@cegep-st-laurent.qc.ca Personne(s) ressource(s) Manon Robichaud resshum01@cegep-st-laurent.qc.ca www.ameqenligne.com/detail_poste.asp?NoPoste=8608

Section Nouvelles
http://www.acoc.info/
Un gros travail de transfert du site sur un autre "moteur" est en cours. La mise à jour des liens suivra...

Info collégiale
Salon Éducation Emploi à Québec du 29 octobre au 1er novembre. Fin octobre chaque année, ce salon destiné au grand public, réunit maisons d' enseignement et spécialistes du marché du travail au Québec. Entrée gratuite. http://www.saloneducationemploi.com/ Pour une visite éclairée (petit questionnaire et liens avec des institutions d’enseignement du salon) www.saloneducationemploi.com/macarriere

Cap sur l'emploi et la formation
Le Salon Formation Carrière (les 15 et 16 octobre)
et le Salon Éducation (les 15, 16, 17 et 18 octobre) transformeront la Place Bonaventure en un véritable carrefour de l'emploi et de la formation. Accueillant plus de 220 exposants et quelque 25 000 visiteurs, ces deux salons sont ouverts au grand public. L 'événement est organisé par INEO et son président, Daniel Levesque rappelle que les salons ont plus que jamais leur place dans les démarches de recherche d'emploi. « Internet est très utile pour la recherche d'emploi, mais il ne peut pas tout faire. Les salons offrent l'occasion de rencontrer directement les employeurs, de discuter avec eux, de leur faire voir qui vous êtes, affirme-t-il. Ils rassemblent des milliers de gens qui partagent un intérêt commun, soit la recherche d'emploi ou de candidats. Pour les chercheurs d'emploi, il s'agit d'une chance inouïe : il leur faudrait faire, pendant des semaines et des semaines, une série d'envoi de courriels, d'appels téléphoniques et de déplacements pour arriver au même résultat. Se présenter au salon représente donc une économie de travail, de temps et d'argent. » En faisant l'acquisition du Salon Éducation Formation Carrière en 2005, M. Levesque lui a donné sa propre couleur : « La première chose que nous avons faite, c'est de scinder l'événement en deux entités distinctes, bien que présentées côte à côte. Ce fut le début de notre nouveau positionnement : un événement, deux salons. Le but était de donner une vraie place aux employeurs sans perdre de vue le volet formation et éducation pour lequel le salon avait déjà une solide réputation. » Depuis trois ans, la formule s'avère gagnante et M. Levesque se réjouit : « Pour l'édition 2008 du Salon Éducation, nous allons franchir la barre des 19 000 inscriptions scolaires, soit près de 4 000 de plus que l'an dernier. C'est la plus grande fréquentation depuis 2005. De ce nombre, la majorité sont des étudiants de secondaire 3, 4 et 5. Nous avons aussi quelques milliers d'autres inscriptions pour des groupes d'adultes. » Au Salon Éducation, le samedi 18 octobre sera la journée « Spécial familles ». Les parents et leurs jeunes pourront explorer une multitude de choix de carrière, les différentes voies de formation, la formation continue, le retour aux études et la réorientation de carrière. Ils pourront rencontrer les représentants des établissements d'enseignement, assister à des conférences et recueillir de multiples renseignements sur le marché du travail et ses secteurs d'activité. Du côté du Salon Formation Carrière, plus de 50 employeurs seront sur place pour présenter différents postes offerts dans leur entreprise. « Ce salon s'adresse spécifiquement aux chercheurs d'emploi, aux étudiants de niveaux collégial et universitaire ainsi qu'aux adultes sur le marché du travail qui désirent changer de carrière. Parmi les entreprises présentes, on trouvera notamment Multi-prêts Hypothèque, l'Autorité des marchés financiers, Winners HomeSense, Les Résidences Allegro, iWeb Technology, NAV Canada, BMO Groupe Financier, Mines Langlois / Ressources Breakwater, Saputo, etc. » Les visiteurs des salons pourront également se rendre au Carrefour Info-carrières qui se divise en huit grands secteurs d'activités. Des conseillers d'orientation professionnels, appuyés par des étudiants de maîtrise en orientation à l'UQAM, offriront des conseils personnalisés à ceux qui le désirent. De plus, plusieurs activités animeront les lieux : conférences sur l'entrepreneuriat, lancement du concours Chapeau, les filles!, et même une exposition intitulée « Physique de femmes » qui présentera des métiers pour celles qui osent sortir des sentiers battus en exerçant des métiers traditionnellement masculins... Notez que l'admission est de 4 $ et qu'elle donne accès aux deux salons. Pour plus d'information : http://www.salonformationcarriere.com/ et http://www.saloneducation.com/ www.monemploi.com/mon_emploi/chronique/cap-sur-emploi-formation-8227.html

Un nouvel outil pour guider les jeunes
Un événement majeur en éducation voit le jour à Saguenay, afin de guider les élèves du secondaire dans la multitude de programmes de formation disponibles dans la région. L'événement «Zig Zag Moi, je fais mon chemin», qui se tiendra du 15 au 17 octobre prochains au pavillon sportif de l'UQAC, regroupera plus de 130 programmes d'études en formation professionnelle, collégiale et universitaire. L'annonce a été faite mardi par les représentants de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, de la CS De La Jonquière, des cégeps de Chicoutimi et de Jonquière ainsi que de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), lesquels s'associent à ce projet de plus de 140 000$. Plus de 6000 élèves des 3e, 4e et 5e secondaires du Saguenay participeront à ce Salon de l'éducation. Le grand public est également invité à l'événement qui demeure ouvert en soirée. Une personne effectue en moyenne quatre changements de carrière au cours de sa vie. «C'était bien moins compliqué autrefois de choisir un métier, estime la conseillère d'orientation à l'UQAC, Caroline Gagnon. La démarche ne se limite plus à une rencontre entre un conseiller et un étudiant. Les jeunes doivent utiliser leurs expériences pour apprendre à se connaître. Le chemin n'est plus linéaire, c'est un zig zag.» www.cyberpresse.ca/le-quotidien/200810/09/01-27914-un-nouvel-outil-pour-guider-les-jeunes.php

Salons Éducation, Carrières et Emploi
http://carriere.jobboom.com/evenements/?cid=JBBoom12OctFrEmail#S6661881

Le projet Transitions est un projet de recherche et de transfert de connaissances qui entend proposer de nouveaux éléments de compréhension sur la situation des inégalités scolaires dans l’enseignement postsecondaire au Canada selon le double point de vue de l’accès et de la persévérance. Pour en savoir davantage sur le projet : www.uquebec.ca/capres/transitions.shtml À surveiller dans les prochaines semaines : Semaine du 13 octobre : Les étudiants de première génération : un concept mais aussi une réalité Semaine du 20 octobre : Déjà un an et demi de vie pour le projet Transitions Semaine du 27 octobre : Les étudiants de première génération et l’accès aux études supérieures Semaine du 3 novembre : Le transfert de connaissances dans Transitions : Place au dialogue et à la valeur d’usage.

Atelier organisé par le CAPRES « Passer du secondaire au collégial : quels sont les enjeux pour les étudiants et les établissements? Le renouveau pédagogique au secondaire suscite plusieurs appréhensions particulièrement dans le milieu collégial. Les modifications apportées auront un impact sur les modes d’apprentissage et sur le portrait de l’étudiant. Plusieurs questions se posent : Quel type d'étudiant les établissements d'enseignement postsecondaire accueilleront-ils? Seront-ils si différents au point ou il s’agira d’une nouvelle génération d’étudiants? Quel sera l'impact sur la demande et l'offre de formation? Quelles seront les mesures à prendre pour favoriser leur apprentissage et leur réussite? À ce défi, se posera celui des arrimages possibles afin de favoriser une transition harmonieuse entre les ordres d’enseignement. Toutefois, le renouveau pédagogique est-il le seul enjeu pour le postsecondaire? Vendredi 28 novembre à Québec Programme www.uquebec.ca/capres/Animation-08-09/Atelier-08/CAPRES-Atelier-nov.08.pdf Inscription www.uquebec.ca/cc/colloque/inscriptions-atelier-capres-08.cfm

Info universitaire
L'Université de Sherbrooke présente ses premiers diplômés en communication marketing Dix diplômés de deuxième cycle en administration (M. Adm) concentration en communication marketing et vingt-quatre diplômés de premier cycle (B. A.) du cheminement en communication marketing viennent de terminer leur programme d'études. « Depuis maintenant trois ans, l'Université de Sherbrooke propose aux étudiants un parcours universitaire unique et intensif visant à former les futurs leaders de la communication marketing. Avec son régime coopératif en entreprise et son parcours intégré baccalauréat-maîtrise, le cheminement en communication marketing est la plus complète de toutes les formations actuellement offertes aux étudiantes et étudiants au Canada », affirme Marc D. David, responsable du cheminement baccalauréat-maîtrise et professeur au Département des lettres et communications. Les premiers diplômés de maîtrise entrent en force sur le marché du travail, « mais déjà, ils ont fait la preuve de leur compétence à travers différents mandats et interventions dans l'industrie de la communication marketing au Québec », ajoute Jean-François Guertin, professeur et responsable la maîtrise au département de marketing. Formés pour occuper des postes stratégiques, les étudiants du cheminement intégré ont développé des compétences dans toutes les sphères de la communication marketing : marketing, marketing direct, publicité, relations publiques, multimédia, comportement du consommateur, recherche, gestion de la marque, etc. « Il s'agit de formation intensive tous azimuts : nos diplômés possèdent une véritable vision intégrée », termine monsieur Guertin. www.ampq.com/fr/quotidien_nouvelle.php?newsno=21543

Nouveau bac de deux ans pour étudiants pressés à l'UdeM Les étudiants pressés peuvent désormais faire leur baccalauréat en deux ans - au lieu de trois - à l'Université de Montréal. Ce cheminement intensif est offert pour la première fois cette année en informatique, en communication, en sciences politiques et en mathématiques. Pour avoir leur diplôme, les étudiants devront suivre autant de cours que ceux du baccalauréat ordinaire, mais en six semestres consécutifs, y compris deux étés. À peine 15 jours de vacances sont prévus à Noël, puis en août. « Il faut être très motivé », dit Jean-François Angers, directeur adjoint au département de mathématiques et de statistique de l'Université de Montréal. Ce département a observé une hausse de 20 % des inscriptions cette année grâce au nouveau parcours accéléré. « Une quarantaine d'étudiants se sont montrés intéressés à le suivre », précise M. Angers. Ils ont jusqu'au printemps pour s'inscrire aux cours de l'été prochain. Les avantages de la voie rapide? En informatique, l'Université espère retenir les étudiants qui partaient avant la fin, tant l'attraction du marché du travail est forte. En statistique, les étudiants accéderont vite à la maîtrise, essentielle pour travailler dans le domaine. « En trois ans et demi, ils auront un bac et une maîtrise, indique M. Angers. Ce sera essoufflant, mais intéressant. » Les adultes qui retournent aux études apprécieront aussi de pouvoir gagner leur vie un an plus tôt que prévu, surtout s'ils ont des enfants. « Comme dans n'importe quelle nouvelle tendance en enseignement, notre préoccupation, c'est que la qualité des programmes soit maintenue, dit Francis Hogue, 22 ans, secrétaire général de la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal. L'été, les départements offrent souvent moins de cours qu'en automne ou en hiver. On a hâte de voir quels seront les résultats de la première cohorte. C'est sûr qu'on va regarder ça avec attention. » www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200810/07/01-27458-nouveau-bac-de-deux-ans-pour-etudiants-presses-a-ludem.php?utm_campaign=retention&utm_source=bulletinLPA&utm_medium=email

Le parcours à suivre pour devenir politicien Quelles sont les compétences nécessaires pour travailler en politique au Québec, comme employé de ministre, député, ministre et premier ministre? Y a-t-il une formation à privilégier? Il n’y a pas de formation typique menant à une carrière en politique. On remarque que plusieurs politiciens ont fait des études universitaires en droit ou en journalisme. D’autres ont étudié dans un domaine lié au fonctionnement de la société comme la sociologie, l’éducation ou les sciences politiques. Mais ce ne sont pas nécessairement des préalables. Ce qu’il faut d’abord et avant tout pour travailler en politique, à quelque niveau que ce soit, c’est une expérience politique. Pour l’acquérir, il faut faire de la politique dès que c’est possible. En ce sens, on peut dire que ce sont les expériences connexes aux études plus que la formation qui préparent à une carrière en politique. Impliquez-vous dans votre école, par exemple, dans l’association étudiante, le conseil étudiant ou le journal étudiant. Devenez membre d’un groupe qui supporte une cause qui vous tient à cœur. Ou encore, joignez le volet jeune d’un parti politique et participez aux différentes activités à titre de bénévole ou de supporter. Ces expériences vous permettront d’acquérir des compétences recherchées en politique. C’est-à-dire une capacité à développer un réseau de contacts et à créer des alliances entre les gens, de même qu’une habileté pour les relations publiques et la représentation afin de promouvoir certaines idées et de débattre des positions. Vous apprendrez aussi à demeurer à l’écoute des autres et à travailler dans le but de répondre aux attentes du public. Par exemple, en travaillant comme bénévole pour un parti politique, vous pouvez vous faire reconnaître comme un bon bras droit et devenir éventuellement attaché politique. Retenez que travailler en politique, c’est un mode de vie. Il faut être à l’affût de tout ce qui se passe et donc jongler avec les événements de l’actualité au quotidien et accepter un horaire très chargé. Il y a aussi des qualités personnelles recherchées qui sont innées et qui ne s’apprennent pas sur les bancs de l’école comme le leadership et la capacité de capter l’attention. http://carriere.jobboom.com/carriere/guide-survie/orientation/2008/09/12/6749936-jm.html?cid=JBBoom12OctFrEmail

Afin de fournir aux candidats aux études universitaires des informations personnalisées sur les sujets qui les intéressent et vous soutenir dans votre travail, l’équipe du Bureau du recrutement de l’UQAM offre à tous, dès maintenant, des séances de clavardage en direct. Nous faisons appel à vos bons soins pour transmettre à vos étudiants la présente invitation à venir discuter en ligne avec nous, tous les jeudis après-midi, entre 14 h et 17 h, pendant les mois d’octobre et de novembre. Des agents de recrutement de l’UQAM seront alors au poste pour livrer des informations sur les programmes d’études, les conditions d’admission, l’inscription aux cours et répondre à toutes les questions qui leur seront posées. Inscription sur http://www.clavardage.uqam.ca/
Nous espérons que ce service vous sera utile ainsi qu’à vos étudiants. Nous serons heureux de vous en rapporter les résultats lors de l’Accueil annuel des conseillers en information scolaire et professionnelle et des conseillers d’orientation à l’UQAM, le 9 décembre prochain. Vous remerciant de l’attention que vous porterez à ce message, nous vous souhaitons un excellent automne.Julie Sergent Agente d'information http://www.etudier.uqam.ca/

L'UdeS se repositionne dans Internet
Le site institutionnel se présente sous un nouveau jour et offre aux internautes une expérience de navigation renouvelée www.usherbrooke.ca/udes/journal/affiche/2008-2009-vol-2/no5/actualite/article/2477

Éducation, Véronique Laflamme à la conquête de l’Ouest
Certains diplômés et diplômées de l’UQAR dans les programmes en éducation réussissent à se trouver un emploi à temps plein dans les écoles à l’Ouest du Québec. Vous voulez des noms? En Colombie-Britannique: Jessica Houle (Vancouver) et Mireille Bélanger (Whistler). En Ontario: Andrée-Anne Gallant (Mississauga). En Alberta: Catherine Nolet (Edmonton), Christine St-Onge (Calgary), ou bien Josée Ruel et Véronique Laflamme, qui travaillent à Jasper. Par la magie d’Internet (et par l’entremise du professeur Jean-Pierre Delâge), nous avons pu rejoindre l’une de ces diplômées de l’UQAR qui travaille dans l’Ouest: Véronique Laflamme, qui a fait ses études au campus de Lévis et qui travaille à l’école Desrochers, située à Jasper, en Alberta, au cœur du parc national. Entrevue. www.uqar.qc.ca/uqar-info/1008/VeroniqueLaflamme.asp

Formation, documentation
Formation de deux jours à Québec les 27 et 28 octobre sur le nouveau test en ligne de Clavier Diagnostic Employabilité.
Dominique Clavier sera le formateur. Wilfrid Larochelle wilfrid.Larochelle@alphaomega.qc.ca

Quel genre d’emplois retrouve -t-on dans les organismes humanitaires, ou ceux qui permettent de travailler fréquemment à l’étranger (sur de courtes ou longues périodes), ou ceux qui transigent simplement avec les pays étrangers sans déplacement. Avoir une banque d’emplois internationaux classés par secteurs serait tellement facilitant pour éviter d’en oublier. Existe-t-elle? Réponse de Raymond Jean webmestre du site ACOC à cette question «Si ça existait, on l’aurait» dit la publicité de Rona ou «Si le monde était comme ça, on n’aurait pas besoin de la carte Visa» !!! Mais cependant j’ai trouvé ceci :
Cyber emploi (site français0 www.cyber-emploi.net/index.asp S’il y en avait un comme cela ici ce serait ce que tu veux Site Jobboom: http://carriere.jobboom.com/carriere/strategies/2006/08/11/1748037.html Carrières sans frontières : http://www.careersunited.org/ Affaires étrangères : www.international.gc.ca/jobs-emplois/index.aspx?lang=fr&menu_id=45&menu=L Google : www.google.com/Top/World/Fran%C3%A7ais/Commerce_et_%C3%A9conomie/Emploi ACDI : www.acdi-cida.gc.ca/cidaweb/acdicida.nsf/Fr/NIC-5492333-HQE et www.acdi-cida.gc.ca/CIDAWEB/acdicida.nsf/Fr/JUD-121483217-HVQ Réseau québécois de la coopération internationale : www.aqoci.qc.ca/membres/03_membresEmplois.asp Notre page sur les Expériences Jeunesse : www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=838 Notre page sur l’international : www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=818 Notre page sur les échanges et stages à l’étranger : www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=839
CCCI : www.ccic.ca/f/006/who_who_order_form.shtml et www.ccic.ca/f/006/employment.shtml et www.ccic.ca/f/006/volunteering.shtml

Étudier grâce à l'armée
Forces armées : le recrutement tourne à plein régime. Moyennant un engagement minimum de six ans sous les drapeaux, l'armée paye les études et verse un salaire aux intéressés. Une pratique qui séduit et indigne. Ce jour-là, c'est «Journée carrière» à l'École polytechnique de Montréal. Les Forces canadiennes y sont, au milieu d'une vingtaine de grandes entreprises comme Microsoft et Genivar. L'armée recrute. Et pour convaincre les étudiants, elle n'hésite pas à sortir son chéquier. L'armée s'engage à payer les études de chaque candidat retenu (droits de scolarité, frais afférents, matériel) en plus de lui verser une allocation annuelle de 18 000$. «Les prêts et bourses, c'est bien beau, mais quand tu quittes le domicile de tes parents et que tu dois tout payer seul, ce n'est pas si simple», dit Geneviève Girard. «Quand tu veux étudier, ça donne envie. Et puis l'armée offre des emplois intéressants», ajoute Erika, en deuxième année de génie chimique. Si ces apprentis ingénieurs font le saut dans l'armée, ils ne deviendront pas soldats à proprement parler, même s'ils recevront une formation de 14 semaines sur le maniement des armes et le b.a.-ba militaire. Promus au rang d'officier, ils seront affectés à des centres de recherche ou à des unités de génie. Leur salaire de départ sera de 50 000$; 65 000$ au bout de trois ans. «Ça correspond à ce que la plupart des entreprises nous offrent», dit Chadi, qui terminera son bac en mai. «Je n'ai pas une vision négative de l'armée. J'aime l'ordre et l'esprit militaire, l'entraînement physique et le leadership.» Cela fait deux ans que Chadi pense à s'engager, pour acquérir un peu d'expérience professionnelle et pour se faire payer ses études de maîtrise. Mais ce qui le bloque encore, c'est la durée de son engagement. Un étudiant qui se fait payer des études postsecondaires par les Forces canadiennes devra servir pendant neuf ans. Selon le second lieutenant Abergel, l'armée reçoit plus de candidatures qu'il n'en faut aux postes d'officiers-ingénieurs. Ce qui ne manque pas d'enrager Alexandre Vidal, meneur de l'opération Objection, un regroupement militant. «Personne, dit-il, ne devrait avoir à apprendre à tuer et à manier les armes pour étudier.» www.ameqenligne.com/showNewsPermit.asp?id=24922

Les prévisions salariales des Québécois pour l’an prochain (vidéo) www.jobboom.com/capsules/index.html

Un espace grand comme nous : des professions à découvrir
Le 30 septembre dernier, le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune a lancé son nouveau site Internet Un espace grand comme nous. Le site conçu et réalisé par BMG Multimedia concrétise le projet Portes ouvertes virtuelles qui a pour but de faire connaître et de valoriser le travail des experts et des professionnels du milieu des ressources naturelles et de la Faune. Ce site s'adresse autant aux employés du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune qu'au grand public. En plus de présenter l'expertise du milieu, cette approche permet aussi de mieux définir les domaines d'affaires de ce secteur d'activité. Pour ce nouveau site, BMG Multimedia est sorti du cadre classique habituel des sites gouvernementaux en introduisant des animations, des vidéos et un concept visuel convivial et dynamique. Le site Internet transporte l'internaute directement sur le terrain où des experts communiquent leur passion via des capsules vidéo tournées en milieu de travail. La proximité créée par ces capsules renforce la fierté des employés à travailler pour le Ministère des Ressources naturelles et de la Faune et contribue au développement d'une culture et de valeurs communes pour l'ensemble des employés. http://portesouvertes.mrnf.gouv.qc.ca/

Le marché de l'emploi commence à faiblir
Une économiste de la Banque TD prévient que l'embauche a déjà commencé à faiblir dans la plupart des provinces canadiennes et qu'elle sera de plus en plus « le reflet d'une économie nationale au ralenti, d'un climat économique mondial incertain et d'une faible demande pour les exportations ». Beata Caranci, responsable des prévisions économiques à la Banque TD, affirme qu'il peut sembler impressionnant que le Canada ait créé 87 000 nouveaux emplois lors des huit premiers mois de l'année. Elle précise cependant que si l'on ne tient pas compte du secteur de la construction, la croissance de l'emploi n'a été que de 500 postes. Les économistes du secteur privé s'attendent en moyenne à ce que Statistique Canada annonce vendredi la création de 12 500 emplois au pays tout au long de septembre, en baisse comparativement au nombre de 15 200 rapporté pour le mois d'août. Le total de 87 000 emplois ajoutés au pays de janvier à août se compare favorablement à la perte de 760 000 emplois enregistrée aux Etats-Unis durant la même période. Mme Caranci fait cependant remarquer que la création d'emploi observée au Canada pour les huit premiers mois de l'année est inférieure à celle de quelque 250 000 enregistrée au cours de la même période il y a un an. La Banque TD prévoit que seulement 30 000 emplois nets seront créés au sein de l'économie canadienne au cours des neuf prochains mois. Les secteurs qui seront le plus en perte de vitesse sont vraisemblablement ceux qui ont jusqu'à présent dominé la création d'emplois cette année: la construction, l'alimentation et l'hébergement, de même que les services professionnels et scientifiques. Néanmoins, le taux de chômage demeure peu élevé et ne devrait atteindre qu'un sommet de 6,7 pour cent au cours des trois prochains trimestres, « ce qui demeure inférieur aux taux de chômage vus pendant la période de 30 ans de 1975 à 2005 », a indiqué Mme Caranci. www.lesaffaires.com/article/0/economie/2008-10-08/483699/le-marcheteacute-de-lemploi-commence-etagrave-faiblir.fr.html%0A


---------------------------------------------------------------------
Documents sur l'admission universitaire
Le guide d'admission universitaire au trimestre d'hiver 2009 est maintenant en ligne
www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=915 Raymond Jean, c.o.

À noter à votre agenda
Comité organisateur du 8e Congrès 2009 de l'ACOC: 20-21-22 mai à l'université de Sherbrooke www.acoc.info/accueil/affichage.asp?B=810 Diaporama (album) du 7e congrès à Moncton www.flickr.com/photos/10892802@N08/sets/72157605167634050/show Une partie des photos sont aussi sur le site du Bulletin http://www.quelquechosedelacoc.blogspot.com/ Vous pouvez transmettre des documents reçus à la suite d’une conférence, peu importe le colloque ou congrès, ou un lien Internet à acoc@videotron.ca

Bruno Tremblay, c.o. secrétaire général de l'ACOC
ACOC@videotron.ca



Abonnement au bulletin électronique
Quelque Chose de l'ACOC


Votre courriel :